Routes en plastique: le projet séduisant de la Slovaquie

Routes en plastique: le projet séduisant de la Slovaquie
Routes en plastique: le projet séduisant de la Slovaquie - © Tous droits réservés

L'Europe, comme le monde, a un problème avec les plastiques, les emballages et autres ordures. Certaines sociétés ont trouvé la parade. Elles recyclent les déchets tout en protégeant l’environnement et en faisant des affaires. En Slovaquie, près de la ville de Lučenec, une entreprise produit du bitume vert à partir de plastiques. Elle construit ensuite des routes et répare même les anciennes remplies de nid de poules.

26 millions de tonnes de déchets par an

Voilà ce que produisent les Européens chaque année. Mais un tiers seulement de cette quantité de plastique est recyclé. Une nouvelle technologie inventée en Angleterre séduit de plus en plus de pays, dont la Slovaquie. Les matières plastiques sont transformées et recyclées sous forme de granulés. 20% de ce mélange est utilisé dans l'asphalte. La première route en plastique se trouve dans la région de Lučenec, au centre du pays. Les autorités locales ont été séduites par l’endurance et la durée de vie de ses routes "new look" : 3 ans de plus en moyenne que l'asphalte normale.

"Nous utilisons des plastiques recyclés fabriqués à partir de bouteilles en PET, des sacs en plastique, des boîtes en plastique, explique Jan Bohovic, directeur de la société Viakorp. Nous les fusionnons pour fabriquer un alliage. De cet alliage, on extrait un asphalte normal qui est un extrait de pétrole et on le remplace par du plastique fondu. C’est très efficace."

Un autre avantage est que les plastiques recyclés sont moins chers que les additifs plastiques actuellement utilisés dans les revêtements routiers. L'argument écologique est également mis en avant : 1 kilomètre sur une route contient des millions de sacs de transport - il compense une tonne d’asphalte.

Ce type d'asphalte est déjà présent en Angleterre, à Bahreïn et en Turquie.

Quand l'économie va, tout va...

La construction de routes à partir de granulats de plastique ne pose pas de problème, ni dans le temps, ni en matière d’entretien. C’est assez simple. Et cela fait économiser de l'argent ! "La réparation des routes normales coûte très cher – c’est un gros poste de dépenses, précise Ján Butkovský, responsable de la société des routes dans la région de Banska Bystrica. Et c’est valable dans tous les services routiers de Slovaquie car nos routes sont en mauvais état. Les routes en plastique peuvent faire économiser de l'argent et elles durent plus longtemps sans réparation. Si nous pouvons réparer toutes nos routes de cette façon - avec du plastique – alors nous pouvons économiser de l'argent, des milliers d’euros chaque année."

Certaines entreprises ont également commencé à fabriquer des chaussures ou des sacs en plastique.

"Ce matériau est certifié par l’Union européenne - ce n’est donc pas une nouveauté, précise Ján Bohovič, le directeur de la société Viakorp. Nous ne devons pas avoir peur de l'utiliser ou s’attendre à quelque catastrophe écologique que se soit. Les plastiques ne finiront pas dans les incinérateurs ou les décharges publiques recouvertes de moisissure. Les plastiques finiront dans les routes. Et ils ne changent pas la qualité de l’asphalte.“

Une famille de 4 personnes produit en moyenne environ 100 kg de déchets plastiques par an. Construire des routes avec du granulat de plastique n’est qu’un des moyens de réduire ce chiffre.

A chaque pays ses objectifs nationaux de recyclage et de valorisation des déchets

A l'exception de Malte et Chypre, la plupart des pays européens ont dépassé les objectifs minimaux de recyclage de l'Union Européenne de 22,5%. Une vingtaine de pays ont même recyclé plus de 30% de ses déchets. En tête de liste des bons élèves de la classe se trouve le Danemark avec 759 kg d'emballage triés et recyclés par personne. Loin devant l'Allemagne ou le Luxembourg. D'autres pays comme l'Autriche, les Pays-Bas et la Grèce ont enregistré une production moins importante, se situant entre 500 et 600 kg par personne. Les types d’emballages collectés et les dispositifs de collecte varient aussi selon les pays européens. Par exemple, l’Allemagne, l’Italie, la Norvège, le Portugal, l’Espagne et la Suède incluent tous les types d’emballages dans leurs systèmes de collecte.

Dans d’autres pays comme l’Autriche et le Royaume-Uni, certaines localités collectent tous les emballages en plastique, tandis que d’autres se concentrent sur les bouteilles et flacons. En Suisse, en Belgique et en France, seules les bouteilles et flacons sont collectés. Mais pour ce qui concerne la France, des progrès sont attendus avec l’extension des consignes de tri qui se met progressivement en place. Certaines villes l’expérimentent déjà et bientôt, tous les emballages plastiques ménagers pourront être triés pour être recyclés partout sur le territoire.

Ce reportage est à voir ce dimanche 16 décembre sur La Trois dans le magazine "EuropeS" à 23h20

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK