Rome risque-t-elle une épidémie à cause de sa crise des déchets?

La ville éternelle croule sous les déchets
La ville éternelle croule sous les déchets - © AFP

La ville éternelle est envahie de déchets; la situation ne fait que s'empirer depuis le mois de décembre. Des médecins tirent la sonnette d'alarme.

Rome et la gestion des déchets, c'est une crise qui dure depuis des dizaines d'années. En cause, la quantité astronomique de déchets produits (5000 tonnes par jour), le ramassage sélectif qui ne traite que la moitié des poubelles...et surtout un gros problème d'inaction politique.

 

Rome sans incinérateur principal

La mairie a fermé la plus grande décharge publique et a décidé d'externaliser le traitement des déchets dans d'autres villes, mais aussi en Autriche.

De nombreux habitants pointent du doigt la maire de Rome, Virginia Raggi. "Nous sommes devenus le tiers…le quart monde", déplore Rossana Franza, une romaine. "Il n’y a pas de solutions. Je ne comprends pas. Madame Raggi devrait venir respirer, ici. Car dans son quartier, j'y suis allée...et tout est sous contrôle".

Depuis son élection en juin 2016, la maire issue du mouvement "5 étoiles" semble incapable de résoudre un problème qui ne fait que s'aggraver. "Je ne sors pas le soir, ça sent terriblement mauvais", témoigne Alessia, une résidente romaine. "Tu ne peux pas promener ton chien sur le trottoir, tu dois aller sur la rue. C’est une honte. L’autre jour, un rat est passé devant moi. On va finir par attraper le choléra. C’est honteux!"

 

Le risque d'une épidémie

La situation s'empire avec l'envolée des températures. "Il y a un vrai risque de contamination", alerte le Docteur Roberto Volpe. "Parce que les déchets qui ne sont pas collectés produisent des bactéries, qui produisent des gaz fermentés…c’est ce qui entraîne ces mauvaises odeurs quand on marche à côté des poubelles. Des animaux creusent dans les poubelles, comme des mouettes, des rats ou même des chats et des chiens…et puis ils sont en contact avec les humains. Ils peuvent être infectés et répandre l’infection avec leurs déjections". 

 

Les habitants brûlent leurs déchets

Autre problème: la réaction des habitants face à une situation qui semble sans issue. "L’autre gros problème, c’est que parfois, les gens sont tellement exaspérés à cause des mauvaises odeurs qu'ils brûlent les poubelles", déplore le docteur Volpe. "C’est très dangereux parce que les fumées peuvent être irritantes pour les poumons et la gorge et être dangereuses pour les personnes souffrant d’asthme. Mais surtout, brûler des ordures produit de la dioxine…et la dioxine est un facteur de risque des cancers".

 

"Pas de solution à court-terme"

La situation ne devrait pas s'améliorer à court-terme. "C’est normal de penser qu’il faut une solution court-terme", assume Marco Cacciatore, président de la commission locale pour l'environnement. "Mais soyons honnêtes à propos de la juridiction régionale sur le plan de gestion des déchets. Aucun plan annuel ne peut régler un problème de 60 ans de mauvaise gestion".

Aujourd'hui, dans l'une des villes les plus visitées d'Europe, il y aurait 3 rats par habitant. 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK