Road trip préélectoral aux Etats-Unis dans la "Rust Belt", la ceinture de rouille industrielle

Usine Great Lakes Work
4 images
Usine Great Lakes Work - © RTBF - Alice Debatis

Notre équipe est partie à la rencontre des citoyens du Michigan et du Wisconsin, ces deux Etats clés qui peuvent faire basculer les élections présidentielles américaines. Premier stop, l’électorat ouvrier du Michigan. Cet état industriel traditionnellement démocrate avait été conquis par les promesses de créations d’emplois dans l’industrie sidérurgique de Donald Trump.  Mais, 4 ans plus tard, le président n’a pas fait ressusciter les usines de la Rust Belt.  Bien au contraire, à 10 kilomètres au sud de la ville de Détroit, à River Rouge, l’une des plus grandes aciéries de l’Etat, Great Lakes Work va fermer. 1500 ouvriers vont perdre leur travail.   

Les ouvriers de River Rouge, déçus du trumpisme

Sur la pelouse du syndicat des métallurgistes de River Rouge, des pancartes démocrates se serrent les unes contre les autres. A l’intérieur, une employée distribue des panneaux " Biden " aux membres. Ici, c’est clair, on a choisi son camp. Dale a travaillé pendant trente ans dans l’usine de Great Lakes:

"Biden, pour sûr ! Trump pour moi est un bouffon !" Ce métallurgiste fait partie des 1.500 travailleurs à avoir reçu, il y a un an, une lettre de licenciement: "Ils m'ont envoyé des papiers qui disaient:  "C'était sympa de bosser avec toi, etceteri, etcetera. Mais, vous savez, cette compagnie traite ses employés comme des moins que rien."


►►► À lire aussi: Election présidentielle américaine 2020 : les sondages ne sont pas des boules de cristal 


La majeure partie de l’usine de River Rouge sera transférée dans l’Indiana, laissant derrière elle des centaines de personnes sans emploi. Les tarifs douaniers imposés par le président sur l’acier importé n’ont pas permis de booster l’industrie sidérurgique au Michigan. Une promesse qui avait assuré ici sa victoire, en 2016. Helen, la femme de Dale, n’y avait jamais cru : "C’étaient des conneries, il ne nous a jamais trouvé de travail. Tout ce qu'il voulait, c'était plaire aux femmes au foyer en disant qu’il allait améliorer nos quartiers. Quand a-t-il rendu meilleurs nos quartiers ? Il n'est jamais venu ici. Il ne s'inquiète pas de savoir si on arrive à payer nos factures ou pas."

Voix syndicale

Dans son bureau, la présidente du syndicat, Andrea Hunter, fulmine. Cette réindustrialisation ratée, couplée à une pandémie selon elle très mal gérée, a fait de la région une zone sinistrée : "C'est un désastre ! Et, pas seulement pour les  foyers mais pour toute la communauté. Car maintenant, les restaurants, les stations-services et les commerces locaux ferment. Maintenant, on a tellement de personnes sans emplois que cela mène à la rupture du système."

Pour Andrea, seul Biden et sa politique verte pourront recréer à long terme des emplois dans la région : "Il veut faire de l'Amérique un leader dans le domaine des voitures électrique. Si on a besoin de stations de charge, on aura besoin d'acier. Quand il parle d'énergies environnementales, on aura besoin d'acier pour les éoliennes. On aura besoin d'acier pour les infrastructures. On aura besoin d'acier !"

Certains y croient encore!

Mais tous les travailleurs ne partagent pas le même avis. Marc vient de garer sa Quantum devant le bureau du syndicat. Chez lui, on travaille dur dans l’industrie de l’acier depuis 3 générations, et pour lui, la politique protectionniste de Trump reste la bonne solution : "J'aime le concept de rendre l'Amérique grande à nouveau. Nous, aux Etats-Unis, nous ne construisons pas de télévisions, pas de frigos, pas de machines à laver et pas de sèche-linge. Que s'est-il passé ?! "

Ce motard à la longue barbe blanche ne se reconnaît pas dans le candidat démocrate: "Je suis fatigué des politiciens de carrière. Le jeune homme sort du lycée et va en politique, etc... Et il se présente en politique alors qu’il n'a jamais travaillé ! "

Même constat auprès de cet ouvrier qui vient de sortir de l’usine : "Trump n'est pas un politicien de carrière. Donald Trump est un homme d'affaire et quand il parle, je peux m'identifier à ce qu'il dit. Donc, oui, il va dire des choses qui semblent à côté de la plaque, il va écrire des bêtises sur Twitter. Il va se faire passer pour un idiot mais je pense qu'au fond de lui, il agit dans l’intérêt de tous les Américains. "

Un sentiment qui persiste dans les anciens bassins industriels de la région. Une Amérique désenchantée qui avait fait pencher le scrutin en faveur de Donald Trump il y a 4 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK