"Rien ne serait possible sans votre engagement", déclare Macron aux soldats français au Niger

Emmanuel Macron a réveillonné avant l'heure vendredi, avec des centaines de soldats français déployés au Niger
Emmanuel Macron a réveillonné avant l'heure vendredi, avec des centaines de soldats français déployés au Niger - © LUDOVIC MARIN - AFP

Emmanuel Macron a réveillonné avant l'heure vendredi, avec des centaines de soldats français déployés au Niger. "C'est une immense fierté d'être là avec vous ce soir", a déclaré le président face aux troupes, respectant la tradition présidentielle d'une visite aux soldats à l'étranger à l'occasion des fêtes de fin d'année. "Pour vous la trêve (de Noël) n'est pas permise et cela nous ne l'oublions pas", leur a-t-il dit devant le foyer de la vaste base installée au bout de l'aéroport de la capitale nigérienne de Niamey.

Après la Marseillaise, le président a pris place, au milieu de quelque 700 convives, essentiellement des soldats, pour le dîner de gala spécialement préparé par le chef de l'Elysée avec des produits entièrement offerts par les grossistes du marché de gros de Rungis, près de Paris. "Rien ne serait possible sans votre engagement, sans votre dévouement", a déclaré aux soldats Emmanuel Macron, accompagné de la ministre des Armées Florence Parly.

"J'ai confiance en vous", en particulier pour mener à bien la lutte au Sahel, qui "est une priorité" car "c'est là que se joue notre sécurité, l'avenir d'une partie du continent africain". "Nous ne devons pas laisser le Sahel aux organisations terroristes (...) (il ne faut pas) que nous leur cédions la moindre once de territoire". Pour lui, l'action engagée depuis 2014, par l'intervention Serval au Mali puis par Barkhane, a "porté des coups d'arrêt significatifs aux groupes" djihadistes, qui ne sont "plus capables d'ébranler un Etat". "L'effort sera maintenu, fortement" en 2018, a promis Macron, avec "la volonté: obtenir des victoires claires, importantes, face à l'ennemi".

Le chef de l'Etat devrait de nouveau discuter samedi de ce dossier, dont il a fait l'une des priorités de son début de quinquennat, avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, qui l'a accueilli à l'aéroport.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK