Reynders : "L'éviction de l'ambassadeur belge au Burundi est inacceptable"

"Nous avons peut-être été plus directs dans nos contacts avec les autorités burundaises mais cela ne justifie pas de telles actions", selon Didier Reynders.
"Nous avons peut-être été plus directs dans nos contacts avec les autorités burundaises mais cela ne justifie pas de telles actions", selon Didier Reynders. - © THIERRY ROGE - BELGA

L'ambassadeur belge du Burundi Marc Gedopt est remercié par le les autorités burundaises. Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) n’accepte pas de telles actions : "Nous avons pris un ensemble de dispositions pour réduire notre action d’aide à la coopération au Burundi. Des sanctions individuelles ont été prises à l’égard de certaines personnalités du pouvoir burundais pour violation des droits de l’homme. Nous ne pouvons pas accepter que de telles actions soient prises simplement parce qu’un ambassadeur a appliqué la politique voulue par la Belgique mais également l’Union européenne".

Le Burundi est plongé dans une crise profonde depuis plusieurs mois et l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza pour un 3e mandat présidentiel. Depuis le début du mois, la Belgique a suspendu sa coopération. La décision burundaise viendrait de là même si d’autres ambassadeurs européens n’ont, eux, pas subi le même sort : "Nous avons peut-être été plus directs dans nos contacts avec les autorités burundaises mais nous agissons de concert avec les autres membres de l’Union européenne".

Rudy Demotte: "Un geste inamical"

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a qualifié de son coté cette décision de "geste inamical" alors qu'une crise diplomatique majeure s'annonce entre les deux pays.

"J'ai exprimé la désapprobation de la Belgique par rapport à ce qui se passe" au Burundi, a-t-il affirmé à l'agence Belga depuis Erevan, la capitale de l'Arménie, où il a participé à une réunion ministérielle de la Francophonie.

M. Demotte y a rencontré le ministre burundais des Affaires étrangères, Alain-Aimé Nyamitwe, avec lequel il a eu, selon ses propres termes, un "échange franc".

La demande du gouvernement burundais de remplacer M. Gedopt témoigne de "tout sauf d'une volonté de dialogue", a ajouté le ministre-président francophone.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK