Retour du service militaire obligatoire au Maroc: "Franchement, combien de Belgo-Marocains voudraient y aller?"

Le gouvernement marocain a décidé ce lundi 20 août, de rétablir le service militaire pour les jeunes entre 19 ans et 25 ans. Un service qui durera un an, selon le projet de la loi n°44.18. Le but: améliorer "l’intégration des jeunes dans la vie professionnelle et sociale". Selon le projet de loi, ce service militaire est obligatoire pour les hommes comme pour les femmes.

L’inaptitude physique certifiée par un rapport médical émis par les services hospitaliers publics, le soutien de la famille, ou la poursuite d’études, sont les motifs qui permettent d’avoir une exemption provisoire ou définitive de ce service, ces dérogations seront accordées par l’État, selon des modalités qui n’ont pas encore été précisées.  

Un service militaire obligatoire pour tous

Les personnes condamnées à une peine criminelle ou d'emprisonnement ferme supérieure à six mois, seront exclues du service militaire tant qu'elles n'auront pas été réhabilitées.

Selon l’article 4, les personnes ayant plus de 25 ans, et qui ont bénéficié de dispense ou d’exemption pour l’un des motifs mentionnés ci-dessus, peuvent être appelées pour effectuer leur service militaire jusqu’à l’âge de 40 ans, en cas de cessation du motif de dispense ou d’exemption. 

La réinstauration du service militaire

Est ce que les jeunes Belgo-Marocains sont concernés?

Pour le moment, le projet de la loi n'a pas mentionné le cas de la double nationalité, ou le cas de la naissance à l'étranger. Mais les jeunes Belgo-Marocains se montrent inquiets: "Si on interroge 10 jeunes Belgo-Marocains, combien voudraient y aller?" dit l'un d'eux. "J'ai grandi ici, j'aurais du mal à accepter cette obligation" renchérit un autre.

Mais selon Mazyar Khoojinian, chercheur en histoire à l'ULB, ce ne sont pas eux qui sont visés par cette mesure: "Ce sont les jeunes au pays, le gouvernement marocain veut les occuper pour éviter qu'ils participent à des émeutes sociales ou à des révoltes comme celles auxquelles on a assisté dernièrement, et solutionner la crise économique et industrielle que connaît le pays".

"Le communiqué du palais ne donne pas des raisons valables"

Personnellement, je ne suis pas contre le service militaire obligatoire en soi, ou contre l’idée, mais je suis contre la manière dont on a élaboré ce projet de loi. Je suis contre l’adoption dans ce contexte, parce que je pense que le communiqué du palais ne donne pas des raisons valables convaincantes pour accepter cette idée”, affirme Abdellah Eid, un jeune Marocain, fondateur du groupe Facebook Rassemblement marocain contre le service militaire obligatoire.

Ce groupe Facebook qui regroupe presque 10000 jeunes Marocains qui sont concernés par ce projet de loi, et qui le refusent pour plusieurs raisons, a été créé pour essayer de regrouper le maximum de jeunes qui sont concernés, pour qu’ils sachent qu'ils ne sont pas seuls. Il y a beaucoup qui partagent leurs avis, c’est un groupe qui leur permet de présenter leurs arguments. Notre objectif est de nous coordonner entre nous afin d’essayer d’arrêter ce projet de loi, explique Abdellah.

Selon les publications de dizaines de personnes dans ce groupe, ce projet de loi est un gaspillage d’argent. “Je pense que la priorité pour nous est d’avoir un travail, d’investir, d’attirer des investisseurs étrangers pour garantir un travail pour les jeunes Marocains. La priorité est d’avoir des hôpitaux bien entretenus et de bonnes écoles. Ça me fait bizarre de voir tant d’argent gaspillé dans le service militaire, tout en oubliant l’éducation et la culture. Il faut investir dans ces domaines pour garantir le travail, au lieu d’affecter un grand budget à ce projet”, déclare le fondateur du groupe.

Un renforcement de patriotisme auprès des jeunes, ou un plan pour mettre fin aux manifestations ?

Après l’élaboration de ce projet de loi par le gouvernement, un débat a vite pris place sur les réseaux sociaux. Le service militaire obligatoire est-il réellement le moyen le plus efficace pour éduquer les jeunes sur les valeurs de la patrie ? 

Amine Belghazi en doute. “On nous annonce, par voie de communiqué, que la décision prise par le palais et adoptée par le gouvernement de sa majesté, vise à améliorer l’intégration des jeunes dans la vie professionnelle et sociale et renforcer le patriotisme auprès des jeunes. Si telle était la volonté, il aurait été possible, en l’espace de 19 ans de règne, d’impulser cette dynamique d’intégration à travers des politiques publiques qui respectent la dignité humaine et servent concrètement l’intérêt du citoyen”, écrit-il sur Facebook.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK