République Démocratique du Congo: un prêtre catholique tué par de présumés miliciens dans l'Est

Un prêtre catholique a été tué par de présumés miliciens dimanche après avoir dit la messe.
Un prêtre catholique a été tué par de présumés miliciens dimanche après avoir dit la messe. - © EDUARDO SOTERAS - AFP

Un prêtre catholique a été tué par de présumés miliciens dimanche après avoir dit la messe dans l'est de la République démocratique du Congo en proie à un regain de violences, a appris l'AFP de source religieuse.

"L'abbé Étienne Sengiyumva, curé de la paroisse de Kitchanga, a été tué ce dimanche par les Maï-Maï Nyatura, à Kyahemba où il a célébré la grande messe de baptême et un mariage", a déclaré à l'AFP l'abbé Louis de Gonzague Nzabanita, vicaire général du diocèse de Goma dans la province du Nord-Kivu.

Les "Maï-Maï" (groupe d'auto-défense) Nyatura sont supposés défendre les Hutus rwandophones du Nord-Kivu.

Âgé de 38 ans, l'abbé Sengiyumva avait "partagé un repas avec les chrétiens et c'est juste après qu'on lui a logé une balle dans la tête" alors qu'il se préparait à retourner à Goma, a expliqué le vicaire général, ajoutant que le corps du défunt était encore à Kitchanga.

Kyahemba est une localité du territoire de Masisi située à 87 km au sud-ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, contrôlée par les miliciens Nyatura, en l'absence de toute présence policière et de l'armée congolaise.

Deuxième assassinat de prêtre

En proie à la guerre puis à l'activité des groupes armés depuis 23 ans, le Nord-Kivu enregistre une reprise des violences depuis fin 2016-début 2017.

Vendredi, un autre prêtre, l'abbé Célestin Ngango, enlevé par des hommes armés non identifiés, a été libéré contre rançon dans le territoire voisin de Rutshuru où trois autres civils enlevés ont été exécutés par leurs ravisseurs.