République démocratique du Congo: la majorité fait bloc autour du candidat de Kabila à la présidentielle

Emmanuel Ramazani Shadary
Emmanuel Ramazani Shadary - © JUNIOR D. KANNAH - AFP

Le chef de l'Etat congolais, Joseph Kabila, a présidé une réunion avec son "dauphin" Emmanuel Ramazani Shadary et les cadres de sa majorité, jeudi, au premier jour de la campagne pour les élections prévues le 23 décembre en République démocratique du Congo (RDC).

>>> A lire aussi: Début de campagne en RDC: cinq choses à savoir

Joseph Kabila avait convoqué les cadres de sa coalition Front commun pour le Congo (FCC) dans sa résidence privée de Kingakati, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Kinshasa.

Les journalistes avaient également été invités mais ils ont été priés de sortir à l'arrivée du chef de l'Etat.

Il s'agit de montrer à la presse nationale et internationale que la majorité fait bloc autour de son candidat à la présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary, et de son "autorité morale", le chef de l'Etat sortant, Joseph Kabila, a expliqué en substance un organisateur de la réunion à l'AFP.

Participaient également à cette réunion le Premier ministre Bruno Tshibala, le ministre de l'Intérieur, Henri Mova Sakanyi, et celui de la Communication, Lambert Mende Omalanga, en tant que membres du FCC, une coalition créée en juin autour de Joseph Kabila.

C'est cette coalition qui a désigné Emmanuel Ramazani Shadary candidat à l'élection présidentielle prévue le 23 décembre, vu que le président Kabila ne pouvait plus se représenter d'après la Constitution. Son mandat a, constitutionnellement, pris fin le 19 décembre 2016.

Les élections présidentielle, législatives et provinciales prévues le 23 décembre sont censées organiser sa succession.

21 candidats en lice

Au total, 21 candidats sont en lice pour ce scrutin majeur.

"La campagne électorale pour l'élection présidentielle, législatives et provinciales commence ce jeudi 22 novembre 2018 à minuit sur toute l'étendue de la République démocratique du Congo. Elle se termine le vendredi 21 décembre 2018, à minuit", a rappelé la Commission électorale nationale indépendante (Céni) dans un communiqué.

"Les réunions électorales se tiennent librement sur l'ensemble du territoire national. Les organisateurs des manifestations et rassemblements électoraux veillent à leur bon déroulement, notamment en ce qui concerne le maintien de l'ordre public et le respect de la loi", ajoute le document.

Il est interdit aux candidats de "tenir des propos injurieux ou diffamatoires (...) susceptibles d'inciter au mépris envers les tiers, à la haine, au racisme, au tribalisme", met en garde la Céni.

Des affiches électorales étaient visibles jeudi à Kinshasa. Dans certaines autres villes congolaises, des banderoles ont fait leur apparition depuis plusieurs semaines.

Archives : Joseph Kabila, "une source d'inspiration" (19/11/2018)

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK