Reprise lundi des négociations avec le nouveau négociateur britannique

Reprise lundi des négociations avec le nouveau négociateur britannique
Reprise lundi des négociations avec le nouveau négociateur britannique - © Tous droits réservés

Les négociations sur le Brexit reprendront lundi comme prévu avec le nouveau négociateur britannique nommé par Theresa May, a déclaré mardi Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, refusant de commenter la tourmente à Londres après la démission de deux ministres opposés à un Brexit "doux".

"J'avais une relation franche et cordiale avec (le ministre du Brexit démissionnaire) David Davis, et maintenant je vais travailler lundi prochain avec le négociateur nommé par Mme May", a déclaré M. Barnier à l'AFP après une conférence devant le Council on Foreign Relations à New York.

Quant à savoir si le remaniement gouvernemental britannique réduit les chances d'arriver à un accord, M. Barnier a simplement estimé que "ce sera difficile de toutes façons de conclure les négociations".

L'objectif visé est de trouver d'ici octobre un accord sur les termes de la sortie britannique de l'UE, afin de laisser le temps aux divers parlements de le ratifier avant la sortie effective du Royaume-Uni fin mars 2019.

Le négociateur européen a refusé de commenter la tourmente au Royaume-Uni après l'annonce de la démission de M. Davis, remplacé par l'eurosceptique Dominic Raab, et du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, partisan d'un Brexit dur, remplacé par le ministre de la Santé Jeremy Hunt.

Les désaccords au sein du gouvernement britannique font planer la menace d'un vote de défiance contre la Première ministre britannique.

"Nous savons tous qu'un scénario sans accord aurait des coûts substantiels", a encore souligné le négociateur européen pendant la conférence. "L'absence d'accord serait la pire solution pour tout le monde".

"Après 12 mois de négociations, nous avons trouvé un accord sur 80% de l'accord de retrait", a-t-il estimé.

Mais "les problèmes les plus difficiles restent en suspens", à commencer par la question clé des contrôles à la frontière entre la République d'Irlande, membre de l'Union européenne, et l'Irlande du Nord, qui va en sortir puisqu'elle fait partie du Royaume-Uni, a-t-il expliqué.

"Il faut dédramatiser ces contrôles", qui sont souvent très techniques, a-t-il expliqué.

Brexit / Stop ou encore ? (Sujet Vews)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK