Renvoyée chez elle alors qu'elle toussait du sang, cette médecin noire est décédée du Covid après avoir dénoncé le racisme de l'hôpital

Susan Moore
Susan Moore - © Capture d'écran de Twitter

Aux Etats-Unis, il y a une grande émotion dans la population afro-américaine en ces temps de pandémie. Une histoire de discrimination présumée à l’accès aux soins y fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours Cela concerne le décès d’une malade noire qui, sur son lit d’hôpital, se plaignait que les soins adéquats ne lui avaient pas été donnés à cause de sa couleur de peau.

Elle s’appelait Susan Moore et avait 52 ans. Médecin elle-même, elle est décédée des suites du coronavirus dans un hôpital près de son domicile. Cette histoire peut paraître tristement banale, mais il se fait que, deux semaines avant sa mort, Susan Moore avait publié une vidéo d’elle sur les réseaux sociaux. Allongée et sous assistance respiratoire, elle y raconte la violence avec laquelle elle avait été accueillie à l’hôpital d’Indianapolis deux semaines auparavant. A son arrivée, Susan Moore était dans un état préoccupant : testée positive au Covid-19, elle toussait du sang et avait des difficultés à respirer.

Malgré cela, raconte-t-elle, et malgré ses demandes de médications, le médecin qui la reçoit lui conseille de rentrer chez elle. "Il m’a prise pour une personne droguée", raconte-t-elle. Et c’est là que commence son calvaire. Rapatriée chez elle, sa pression sanguine plonge et sa température s’affole. Susan Moore retourne alors à l’hôpital, mais il est peut-être déjà trop tard.

Dans sa vidéo, la médecin affirme : "Si j’étais blanche, je n’aurais pas subi tout cela". Quinze jours plus tard, Susan Moore décède.

La famille de Susan Moore est aussi persuadée que la couleur de sa peau ne lui a pas permis de recevoir les soins nécessaires. Aux Etats-Unis, la communauté afro-américaine est proportionnellement plus touchée que d’autres par l’épidémie.

Jusqu’à maintenant il n’y a aucune poursuite contre l’hôpital d’Indianapolis pour ces faits présumés, mais l’institution affirme faire une enquête interne pour faire la lumière sur ces accusations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK