Rencontres littéraires ou meeting de campagne ? Quand Eric Zemmour se prépare à la Présidentielle française

800 personnes vendredi à Toulon. 1200, hier, à Nice. Le polémiste français Eric Zemmour a ouvert sa tournée politique ce weekend dans le sud de la France. Officiellement, des "rencontres littéraires".  Mais dans les coulisses, l’essayiste d’extrême droite se préparerait à se porter candidat à la présidentielle française.

L’homme ne s’est toutefois pas encore déclaré officiellement. Vendredi à Toulon, il s'est dit "candidat au débat" : "Je ne demande que cela, je suis candidat au débat. (...) La démocratie c'est la confrontation des idées", a affirmé sous les rires l'éditorialiste proche de l'extrême droite identitaire. Des déclarations devant des centaines d’électeurs potentiels venus l'écouter présenter son livre "La France n'a pas dit son dernier mot".

Des rencontres littéraires aux allures de meeting politiques. Comme à son habitude, il a longuement dénoncé la "guerre de civilisation sur notre sol" où des territoires ont été "conquis par l'islam", et la "guerre des minorités" qu'il faut "combattre".

A un homme dans la salle qui lui demandait "un moratoire sur l'immigration", l'encadrement du droit de grève et un retour "à une politique d'assimilation", l'éditorialiste a répondu : "vous allez être obligé de voter pour moi". Un suspense qui n’est pas vraiment un.

D’ailleurs à Toulon, il assume : "C'est mon intérêt de faire durer l'ambiguïté" sur ma candidature.

Zemmour privé d’antenne

Locomotive des audiences de CNews depuis 2019, Eric Zemmour n'interviendra plus dans l'émission "Face à l'info", a annoncé la chaîne, en début de semaine. CNews est contrainte, comme tous les médias audiovisuels, de décompter le temps de parole du polémiste qui ne cache plus ses velléités présidentielles. "Bien qu'Eric Zemmour ne se soit pas déclaré candidat à l'élection présidentielle qui aura lieu dans sept mois", le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) "contraint" Cnews à prendre cette décision, déclare ainsi la chaîne du groupe Canal+.

De son côté, invité sur la chaîne, Eric Zemmour s’est fait un plaisir de commenter la décision : "J'en suis fort triste. Je pense que c'était inévitable. Je pense que le CSA l'a fait exprès, l'a fait volontairement".

2 images
Le polémiste français, déjà condamné, serait actuellement crédité de 8 à 10% des intentions de votes. © AFP or licensors

Candidat condamné ?

Eric Zemmour va-t-il désormais jouer la carte du "vilain petit canard" ? C’est possible. Il faut, en tous cas, rappeler que le polémiste a été condamné au pénal pour provocation à la haine raciale.

Homme de médias, il a toujours eu besoin d’eux pour exister. La RTBF posait d’ailleurs cette question "Les médias ont-ils fabriqués Eric Zemmour?" dans "Le débat des Décodeurs", vendredi, sur La Première.

Invité, Franz-Olivier Giesbert, journaliste, éditorialiste répondait ceci : "Je ne crois pas que les médias ont fabriqué Eric Zemmour. Mais ils peuvent le faire. Ses livres ont pratiquement été tous des best-sellers. Dans son émission de télévision sur CNews, il est parvenu à doubler l’audience pour frôler le million de téléspectateurs à 19h."

Zemmour aura donc besoin des médias. Il s'en servira. Peut-être. Pour Nicolas Baygert, spécialiste de la communication politique et publique, également invité : "Il y a toujours une surprise dans les élections françaises. Or, on est en manque de surprises. Et il est peut être l’une d’entre-elles."

Cela pourrait donc être intéressant pour les médias. Il rajoute : "Zemmour occupe une case. Il incarne une partie de l’opinion, un champ de valeurs qui n’était plus représenté depuis la dédiabolisation du Front National, de Marine Le Pen."

2 images
Eric Zemmour en séance de dédicaces, hier, à Nice. © AFP or licensors

Entre 8 et 10% des intentions de votes

Eric Zemmour peut-il se rêver Président de la France ? Non pour le Franco-Américain Franz-Olivier Giesbert :"Avant même qu’il ne se porte candidat, il est crédité de 8% à 10% des intentions de votes. On voit bien que c’est en train de prendre. Mais je ne pense pas qu’il sera élu. Par contre, il peut exister politiquement et créer des dégâts collatéraux en mordant sur les ‘Républicains’ ainsi que sur le ‘Rassemblement National’ de Marine Le Pen."

Eric Zemmour. Ce fervent partisan de la théorie complotiste du "grand remplacement" (de la population européenne par une population immigrée qui l'organise, ndlr) est prêt. Il lui faut encore constituer son équipe et chercher des financements de campagne. Ce qu'il serait en train de faire, à l'ombre de ses apparitions.

Admirateur du Premier ministre hongrois conservateur Viktor Orban, il a confirmé qu'"en principe" il interviendrait dans une conférence sur la famille à Budapest le 24 septembre où est aussi annoncée l'ancienne députée FN Marion Maréchal.

Ses prises de position lui valent régulièrement des poursuites en justice. Plusieurs fois relaxé, il a toutefois été condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK