Remplacement de nos F-16: Londres attend impatiemment l'appel d'offres

Remplacement de nos F-16: Londres attend impatiemment l'appel d'offres
Remplacement de nos F-16: Londres attend impatiemment l'appel d'offres - © Tous droits réservés

Le groupe britannique de défense BAE Systems, qui coproduit l'avion de combat Eurofighter et le ministère britannique de la Défense attendent avec impatience le lancement - sans cesse reporté - par le gouvernement Michel de l'appel d'offres pour 34 nouveaux chasseurs-bombardiers à livrer à partir de 2023, ont indiqué jeudi plusieurs de leurs responsables.

Du contenu de ce "Request for governmental Proposal" (RfGP, à adresser à cinq agences étatiques, trois européennes et deux américaines, représentant chacune un type d'appareil différent) dépendra le retour en termes économiques que la Belgique peut attendre de cet achat, a expliqué le directeur de l'industrialisation de BAE Systems, John Rossall.

Le gouvernement a prévu de consacrer quelque 3,59 milliards d'euros à cet achat.

Le ministère britannique de la Défense, qui "mène campagne" en Belgique faveur du Typhoon (le nom donné par la Royal Air Force à l'Eurofighter) chiffre le prix de vente de ces avions à 72 millions de livres l'unité en vantant un programme européen portant de 599 appareils commandés par huit pays.

"Si la Belgique demande de la technologie (dans le cadre des retombées de ce contrat), nous pouvons effectuer des transferts technologiques vers l'industrie" belge, a affirmé M. Rossall à quelques journalistes en visite sur la base de Coningsby (centre de l'Angleterre), qui abrite quatre escadrilles de chasseurs Typhoon et une installation dédiée à l'entretien de la flotte de la RAF.

Nous allons regarder ce que nous pouvons faire avec l'industrie belge

"On attend les questions contenues dans le RfGP", a ajouté M. Rossall, reflétant des interrogations partagées par les quatre autres fournisseurs potentiels - le Joint Program Office (JPO) du Pentagone qui promeut le chasseur furtif dit de "5ème génération" F-35 Lightning II Lockheed Martin, le Program Office PMA-265, qui gère le développement du chasseur-bombardier F/A-18 E/F Super Hornet du groupe américain Boeing, la Direction générale de l'Armement (DGA), dépendant du ministère français de la Défense pour le Rafale F3R de Dassault et l'agence suédoise chargée des programmes d'armement (Försvarets materielverk, FMV) qui propose à l'exportation le chasseur JAS 39 Gripen E/F.

C'est le ministère britannique de la Défense qui doit recevoir le RfGP sur lequel l'équipe Michel doit encore s'accorder - peut-être encore avant Noël, espère l'industrie belge, de plus en plus impatiente. Londres y répondra ensuite au nom du consortium Eurofighter (qui rassemble le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne), en "partenariat" avec BAE Systems.

"Nous allons ensuite regarder ce que nous pouvons faire avec l'industrie belge", a-t-il poursuivi, en soulignant que les membres du consortium Eurofighter coopéraient déjà avec  de nombreux fournisseurs belges - principalement au travers d'Airbus Group - pour un chiffre d'affaires annuel de 500 millions d'euros, qui pourrait rapidement monter à 600 millions.

BAE Systems et le MoD ont notamment évoqué la possibilité de confier à terme - "à partir de 2030" - l'entretien et la modernisation des Eurofighter belges à l'industrie belge, sur le modèle de la TFM, qui mêle pour moitié techniciens du groupe de défense et pour moitié militaires de la RAF et employés au service du ministère. Une formule a priori inhabituelle mais très en vogue outre-Manche, où de nombreux services publics ont été externalisés.

C'est la voie que souhaite suivre le ministère belge de la Défense pour faire face à la réduction prévue des effectifs militaires, de 32 000 à 25 000 personnes (militaires et civils) d'ici 2030.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir