Règles douloureuses: un congé menstruel qui fait débat en Italie

Règles douloureuses: un congé mensuel qui fait débat en Italie
Règles douloureuses: un congé mensuel qui fait débat en Italie - © Tous droits réservés

Une proposition de loi est actuellement à l'étude du Parlement italien. Si elle était votée, cette loi pourrait faire de l'Italie le premier pays européen à légaliser un congé menstruel.

De quoi s'agirait-il? Trois jours de congé mensuel sans perte de salaire entièrement payé par la Sécurité sociale pour les femmes souffrant de dysménorrhée, c'est-à-dire de règles douloureuses.

C'est la proposition de loi écrite par quatre femmes parlementaires.

60% à 90% des femmes italiennes affirment avoir des règles douloureuses. Et pour 30% d'entre elles, ces douleurs sont invalidantes.

Les femmes italiennes travaillent en moyenne moins que les autres européennes

Une étude britannique prouve d'ailleurs que les femmes sont plus efficaces au travail lorsque leur cycle menstruel est terminé. Mais avant même d'être discuté et voté par le Parlement, le texte divise: conquête féministe et progressiste pour certains, le congé menstruel est aussi perçu comme une mesure contre-productive pour stimuler l'emploi des femmes par d'autres.

Il faut savoir que seules 61% des Italiennes travaillent contre 72% en moyenne dans l'Union européenne. De plus, de nombreuses femmes en Italie sont encore victimes de licenciements abusifs en cas de maternité.

Le parlement à Rome, où 30% seulement des parlementaires sont des femmes, pourrait voter rapidement le texte qui ne fera sans doute pas plaisir à tous les employeurs qui craignent que les douleurs menstruelles ne deviennent très rapidement contagieuses.