Réchauffement climatique: la Méditerranée "hotspot" du monde

Le réchauffement de la Méditerranée
2 images
Le réchauffement de la Méditerranée - © BELGA IMAGES

Avec les pays qui la bordent, la Méditerranée se classe aujourd’hui parmi les “hotspots– les points les plus touchés de la planète suite aux évolutions climatiques en cours. La Grande Bleue s’est réchauffée de 1,5°C depuis l’ère préindustrielle pour une moyenne mondiale de 1,1°C, cela veut dire : 20% plus vite que le reste du globe.

Nous sommes une des régions du monde les plus touchées par le changement climatique”, a souligné Nasser Kamel, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, lors d’une réunion jeudi à Barcelone. Un rapport rendu public jeudi à Barcelone souligne en effet que, sur les vingt villes du monde qui vont le plus subir l’élévation du niveau des océans d’ici 2050, plus de la moitié se trouvent autour de la Méditerranée.

Selon la même étude, la température de cette mer devrait augmenter de 2,2°C en 2040 voire même de 3,8°C dans certaines parties du bassin méditerranéen à la fin du siècle, tandis que la vague de canicule deviendrait être “plus fréquente et/ou plus intense”.

Quel est le destin de l’eau face à ces menaces ?

D’après les experts du MedEcc, un réseau qui regroupe 600 scientifiques des pays méditerranéens, la Grande Bleue est la zone la plus touchée par le changement climatique avec une augmentation de température supérieure à la moyenne qui menace les ressources agricoles et en eau. "En Tunisie aujourd’hui, avec les intrusions d’eau de mer, il n’y a plus aucune nappe souterraine d’eau douce qui ne soit pas salée", déclare Semia Cherif professeure à l’université El Manar de Tunis au journal Le Monde.

Selon une étude du MedEcc, "la population méditerranéenne peut être considérée comme " pauvre en eau", c’est-à-dire qu’elle dispose de moins de 1.000 m3 par habitant et par an. De plus, la population devrait passer de 180 millions de personnes en 2013 à plus de 250 millions dans les 20 prochaines années".

Selon la même étude, la pêche aussi pourrait être endommagée et ce par la surexploitation et la disparition d’espèces en raison du réchauffement de la mer.

C’est assez effrayant pour les récoltes !

Pour le secteur agricole, des constats similaires et tout aussi inquiétants sont mis à jour par les études. Ainsi, les récoltes des pays du pourtour méditerranéen pourraient être affectées par l’appauvrissement des sols, les sécheresses ou les vagues de chaleur. L’étude du MedEcc indique que "La baisse des précipitations, qui pourrait atteindre jusqu’à 30% dans des zones comme les Balkans ou la Turquie, associée à l’intensification du réchauffement contribuent à des tendances fortes vers un assèchement du climat". A prévoir aussi : une augmentation des épisodes de pluies torrentielles.

Une situation grave

C’est assez grave lorsqu’on constate qu’avant même que le niveau de la Méditerranée ne soit monté d’un mètre vers 2100 : Venise, Pantelleria en Italie et d’autres îles en Italie et en Grèce auront déjà été englouties. La Méditerranée devient plus chaude de 0,4 °C par décennie depuis 1985 et son niveau s’élève de plus en plus vite, de 3 millimètres par an en moyenne depuis vingt ans.

Des solutions ?

Quelles réactions face à l’urgence climatique en Méditerranée et ailleurs ?

Soit vous faites ce qui est nécessaire […], soit vous dégagez.", des mots prononcés par laméricaine Jamie Margolin, représentatrice des jeunes, devant les 70 maires du monde regroupés au sommet du Cities 40 (C40) qui dure du 9 au 11 octobre à Copenhague.

Durant la réunion, la maire de Paris, Anne Hidalgo, présidente du C40 depuis 2016 a reconnu l’urgence climatique et annonce un "Global Green New Deal" – "une nouvelle alliance verte" !

Quant à Eric Garcetti, le maire de Los Angeles, lui, promet de faire du Green New Deal la priorité de sa présidence à l’aube d’une décennie, qu’il annonce comme "déterminante pas seulement pour nos vies, mais la vie en soi des êtres humains sur cette planète".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK