RDC: tirs de sommation pour disperser des manifestants anti-ONU à Beni

Les soldats de la paix des Nations Unies (ONU) sont vus sur la base civile des Nations Unies à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 26 novembre 2019. Le 25 novembre 2019, des manifestants en colère ont pillé et pillé la base civile des Nations Unies à Beni. Au moins quatre manifestants ont été tués à Beni le 25 novembre 2019, lors de manifestations contre le massacre de dizaines de civils par des groupes armés dans la région.
Les soldats de la paix des Nations Unies (ONU) sont vus sur la base civile des Nations Unies à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 26 novembre 2019. Le 25 novembre 2019, des manifestants en colère ont pillé et pillé la base civile des Nations Unies à Beni. Au moins quatre manifestants ont été tués à Beni le 25 novembre 2019, lors de manifestations contre le massacre de dizaines de civils par des groupes armés dans la région. - © ALBERT KAMBALE - AFP

Les forces de sécurité congolaises procédaient à des tirs de sommation à balles réelles lundi matin pour disperser des manifestants anti-ONU à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après des tirs sporadiques, la police et l'armée ont tiré en l'air et en rafales pendant près de 30 minutes face à des dizaines de jeunes qui voulaient se rendre vers des installations onusiennes déjà attaquées lundi dernier.

A l'appel des organisations de la société civile, une grève générale est observée à Beni où aucun magasin n'a ouvert et toutes les activités sont paralysées. Conformément aux consignes, les jeunes manifestants marchaient pieds nus, tenant des bâtons. Les militaires ont aussi utilisé des bâtons pour disperser la foule.

La population reproche aux autorités et à la force de la Monusco leur passivité face aux massacres de civils dans le territoire de Beni. Des tueries attribuées au groupe armé d'origine ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF).

Dimanche, un homme a été tué dans la dispersion d'un rassemblement devant un hôtel d'Oicha, à 30 km au nord de Beni, a indiqué une source de la société civile à l'AFP. "Tôt le matin, des jeunes avaient encerclé un hôtel soupçonné d'avoir hébergé des ADF. Lors de l'intervention de la police pour les disperser, un jeune a été atteint et tué", a déclaré à l'AFP Lewis Saliboko président du réseau d'organisations de la société civile.

Trois personnes ont été lynchées en 48 heures entre jeudi et samedi par des civils qui les soupçonnaient d'être des ADF. Deux d'entre elles étaient des militaires, selon l'armée.

Plus de cent personnes ont été massacrées en un mois dans la région de Beni.

 

 

 

Journal télévisé 25/11/2019

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK