RDC: les rebelles s'arrêtent a l'entrée de Goma, les militaires fuient

"Beaucoup de militaires et d'autorités (de la province) sont partis (de Goma)", a déclaré une source onusienne, qui attendait à un point de ralliement mis en place dans la ville par l'ONU pour ses personnels.

Une source humanitaire occidentale a évoqué une "débâcle des forces armées de RDC qui évacuent la ville de Goma".

Selon une source militaire occidentale, des officiers des forces armées ont commencé à partir par bateaux vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu distante d'environ 80 kilomètres au sud. Le gouverneur du Nord-Kivu est parti sur l'un de ces bateaux, a déclaré cette source, ce qu'a confirmé une source administrative à Bukavu.

Selon la même source militaire occidentale, l'aéroport de Goma, situé à quelques centaines de mètres du centre-ville, a été fermé et seuls quelques éléments de la Garde républicaine congolaise y sont encore stationnés. Un vol civil qui devait y atterrir a été détourné, a-t-on appris auprès d'un proche d'un passager.

"La Monusco ne fait absolument rien!"

La rébellion congolaise du Mouvement du 23 mars (M23) avait affirmé plus tôt dans la matinée être "aux portes" de Goma et prête à repousser "très loin" l'armée.

Le porte-parole de la province du Nord-Kivu, très inquiet, a évoqué "une débandade" et déploré l'inaction de l'ONU.

"La Monusco actuellement ne fait absolument rien!", a-t-il dit.

Les Casques bleus de la mission de l'ONU en RDC (Monusco) étaient intervenus samedi pour prêter main forte à l'armée régulière congolaise, en l'appuyant avec des hélicoptères de combat, sans parvenir à freiner l'avancée des rebelles.

Mais dimanche, les Casques bleus n'ont pas bougé pour protéger Goma, a constaté un photographe de l'AFP réfugié dans la base de Munigi, principale base des Nations unies au nord de la ville. Dans leur avancée vers Goma, les rebelles ont dépassé ce camp situé à environ 5 kilomètres de la ville, a constaté le photographe.

"Nous sommes en panique générale. C'est comme si les rebelles étaient en train de repousser nos militaires. En ville, les boutiques sont fermées. Moi, comme d'autres, je vais rejoindre ma famille", a déclaré un chauffeur de taxi de Goma.

Le M23 est surtout formé d'anciens rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l'armée, se sont mutinés en avril dernier et combattent depuis l'armée régulière dans la région du Kivu. Deux pays voisins, le Rwanda et l'Ouganda, sont accusés par l'ONU de soutenir les rebelles, ce qu'ils démentent.

Le SPF invite sept Belges de Goma à rallier le Rwanda

Sept Belges sont actuellement présents à Goma a indiqué dimanche le SPF Affaires étrangères.

"Nous sommes en contact avec eux. On sait où ils sont et ils vont bien. Les quartiers où ils se trouvent actuellement sont en outre calmes", a indiqué dimanche un porte-parole du département. Par mesure de sécurité, ces sept personnes ont toutefois été invitées à se rendre vers le frontière rwandaise, située juste à côté de la ville congolaise, où l'ambassade belge au Rwanda "est en mesure de les assister dès la frontière", a ajouté ce porte-parole. Selon différentes sources, la rébellion congolaise du M23 serait aux porte de la capitale du Nord-Kivu, ce qui a provoqué la fuite de nombreux militaires et responsables congolais.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK