RDC: le M23 adresse une lettre ouverte au secrétaire général de l'ONU

En RDC, les rebelles du M23 ont adressé une lettre ouverte à l'ONU pour accuser le Kinshasa de bombarder les populations
En RDC, les rebelles du M23 ont adressé une lettre ouverte à l'ONU pour accuser le Kinshasa de bombarder les populations - © PHIL MOORE

Le mouvement rebelle du M23 qui affronte depuis plusieurs jours l'armée régulière dans l'est de la République démocratique du Congo a adressé samedi une lettre ouverte au secrétaire général des Nations unies accusant Kinshasa de bombarder les populations et demandant à Ban Ki-moon de former une commission d'enquête indépendante.

"Le gouvernement congolais a décidé de tirer au mortier des obus dans la ville de Goma causant mort d'hommes et créant un climat de désolation parmi les habitants", a affirmé le président du mouvement, Bertrand Bisimwa, dans ce document transmis à l'AFP.

Des obus, dont la provenance n'a pas toujours été déterminée et est l'objet de polémiques, ont été tirés en direction de plusieurs quartiers de Goma habités par des civils, faisant quatre morts jeudi et deux samedi.

Selon le M23 "outre ces assassinats, le gouvernement congolais brille par d'autres actes illégaux notamment ses hélicoptères de combat qu'il a délibérément repeints en couleur blanche afin de les faire passer pour ceux des Nations unies pendant les opérations contre nos forces".

Le M23 demande au secrétaire général des Nations unies "de diligenter une mission d'enquête indépendante pour faire toute la lumière sur les événements de ces jours dans cette partie du pays".

Il lui demande aussi d'en "tirer les responsabilités car nous avons la ferme conviction que le gouvernement congolais recourt à des méthodes prohibées pour induire, une fois de plus, la communauté internationale toute entière en erreur".

Les combats ont repris depuis mercredi soir entre l'armée de Kinshasa et le Mouvement du 23 mars actif depuis mai 2012 dans la province instable du Nord-Kivu, dont Goma est la capitale. Kinshasa et l'ONU ont accusé le Rwanda et l'Ouganda de soutenir le mouvement rebelle congolais, ce que les deux pays ont toujours démenti.

Chute d'un obus à l'ouest de Goma, deux morts

Deux personnes ont été tuées par la chute d'un obus, samedi sur un faubourg de Goma. "Une bombe vient de tomber sur mon quartier de Ndosho", a dit à l'AFP un habitant de la capitale de la province instable du Nord-Kivu, Charles Paluku, faisant état de deux morts. Selon un autre témoin, l'obus est tombé "à côté de la paroisse Saint-Francois de Ndosho".

Les témoins ont ajouté que deux autres obus étaient tombés près de la ville, dont l'un sur le camp de réfugiés de Mugunga 3, mais aucun bilan n'a été établi.

Ces bombardements ont provoqué une vive tension à Goma où des habitants ont manifesté contre la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) qu'ils accusent de passivité.

Des manifestants ont porté le corps d'un enfant tué dans le quartier de Ndosho tandis que les boutiques étaient fermées et la circulation réduite.

"Je comprends la frustration de la population civile", a dit le porte-parole de la Monusco, le lieutenant-colonel Prosper Basse.

Il a réitéré le "soutien indéfectible" de la Monusco aux forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), un jour après que les Casques bleus se furent dits engagés aux côtés de l'armée régulière contre la menace que fait peser le M23 sur Goma.

La Monusco avait annoncé il y a trois semanes la formation d'une zone de sécurité d'un périmètre de 30 km autour de Goma pour protéger les populations civiles des exactions du M23 et d'autres groupes armés.

Elle comptait notamment sur une nouvelle brigade d'intervention qui doit compter à terme quelque 3000 hommes au mandat offensif venant renforcer les 17 000 soldats de la Monusco déjà présents en RDC depuis 1999.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK