RDC: l'exploitation illégale de l'or, finance n°1 des groupes armés

Illustration: un soldat du M23
Illustration: un soldat du M23 - © PHIL MOORE

L'exploitation illégale de l'or rapporte 500 millions de dollars par an aux groupes armés présents dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) - dont la rébellion du M23 -, a indiqué l'ONG Enough Project dans un rapport cité samedi par la radio onusienne Okapi.

Dans ce document, publié jeudi et consacré à l'exploitation des minerais par les groupes armés dans l'est congolais, l'ONG accuse notamment la rébellion du mouvement du 23 mars (M23), qui occupe une zone de la province du Nord-Kivu, de financer ses activités militaires grâce au commerce de l'or exploité illégalement.

"Il fut un moment où Bosco Ntaganda (un ancien chef du M23 désormais emprisonné à la Haye et poursuivi pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre par la Cour pénale internationale, ndlr) était le patron de cette mafia aurifère dans l'est du Congo. Et aussitôt qu'il a fait reddition à la CPI, c'est le général (Sultani) Makenga (le chef militaire du M23) qui a pris la relève", a expliqué un chercheur d'Enough Project, Fidel Bafilemba, à Radio Okapi, parrainée par l'ONU.

Le rapport de l'ONG indique que le M23 coopère avec d'autres groupes armés dans ce fructueux trafic.

A titre de comparaison, le budget annuel de l'Etat congolais, dans un pays qui compte quelque 65 millions d'habitants, s'élève en 2013 à environ huit milliards de dollars.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK