RDC : dix-sept personnes tuées en Ituri, dont dix miliciens du groupe armé Codeco

RDC : dix-sept personnes tuées en Ituri, dont dix miliciens du groupe armé Codeco
RDC : dix-sept personnes tuées en Ituri, dont dix miliciens du groupe armé Codeco - © Spencer Platt - Getty Images

Dix-sept personnes ont trouvé la mort dans deux nouveaux épisodes de violences dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a rapporté vendredi la radio onusienne Okapi, citant des sources militaire et locale.

Les Forces armées de la RDC (FARDC) ont neutralisé dix assaillants du groupe armé Codeco (Coopérative pour le développement du Congo) et récupéré plusieurs effets militaires des mains de ces rebelles, lors d’un accrochage mercredi à Ndugi et Mandefu, deux entités du territoire de Djugu, a affirmé le porte-parole de l’armée gouvernementale en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo.

Selon lui, les forces loyalistes étaient en patrouille de combat lorsqu’elles se sont retrouvées face au feu de ces rebelles. Les militaires congolais ont répondu à ces tirs et neutralisé dix assaillants neutralisés, alors que cinq autres ont été capturés.

Les FARDC ont également récupéré un nombre important de munitions, ainsi que des appareils de communication de marque Motorola, dix tenues et des bottes militaires, a ajouté l’officier cité par Radio Okapi.

Codeco : une milice accusée d’être responsable de massacres de dizaines de civils

Le groupe armé Codeco est actif dans la région de Djugu. C’est une milice constituée de membres de la communauté lendu regroupés dans une sorte de secte politico-militaro-religieuse. Les autorités l’accusent d’être responsable de massacres de dizaines de civils.

La société civile locale a pour sa part indiqué que sept civils ont perdu la vie dans deux attaques menées par des hommes armés à Kpangba une localité située à environ 80 kilomètres au nord de Bunia, le chef-lieu de la province.

L’Ituri est l’une des trois provinces de l’est de la RDC en proie à des violences et où l’armée mène des opérations militaires contre des groupes armés.

Entre 1999 et 2003, la région de l’Ituri, riche en or, avait été ensanglantée par un conflit entre les communautés hema (commerçants et éleveurs) et lendu (cultivateurs). Des dizaines de milliers de morts avaient alors été enregistrées, jusqu’à l’intervention de la force européenne Artémis, sous commandement français.