RDC: des milliers de femmes contre les violences sexuelles

Venues de plusieurs provinces de la RDC, principalement celle du Sud-Kivu, dont Bukavu est le chef-lieu, 1700 déléguées, dont 200 venues de 43 pays, ont participé au défilé dans une ambiance joyeuses et colorées, lors d'un défilé emmenée par Olive Lembe Kabila, la femme du président de la RDC, Joseph Kabila.

Sur des nombreuses banderoles ou pancartes on pouvait lire notamment :"Non au viol comme arme de guerre", "Non au terrorisme sexuel", "Je dénonce et je dis non", "Pouvoir aux femmes et aux filles".

A l'appel du mouvement féministe international et altermondialiste la Marche mondiale des femmes, cette manifestation clôturait une semaine de forum et de discussions sur les thèmes de la paix et la démilitarisation, les violences envers les femmes ou encore le travail et l'autonomie économique des femmes.

"Venir ici était important car la violence envers les femmes est utilisée de façon systématique comme une arme de guerre", a déclaré un membre de la MMF et responsable de la marche à Bukavu, Miriam Nobre, à l'AFP.

"Cela fait des années qu'on se bat, et là on a l'impression que la communauté internationale s'intéresse vraiment à nos problèmes", s'est réjouie de son côté le docteur Nene Rukunghu, médecin à l'hôpital de Panzi à Bukavu, où sont soignées les femmes victimes de viols.

"Il faut lutter contre l'impunité, que les auteurs des viols soient punis, pour que la femme retrouve sa dignité. Malgré ce qu'elles subissent, les femmes congolaises sont fortes et capables de se relever", a-t-elle ajouté.

Selon l'ONU, plus de 15.000 femmes sont été violées en 2009 dans l'est de la RDC, une région instable où des groupes armés étrangers et congolais encore actifs et aussi des soldats nationaux sont régulièrement accusés de commettre des exactions contre les civils.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK