Rapport accablant sur l'affaire Benalla: la majorité LREM dénonce un rapport politique

Rapport accablant sur l'affaire Benalla: la majorité LREM dénonce un rapport politique
Rapport accablant sur l'affaire Benalla: la majorité LREM dénonce un rapport politique - © FRANCOIS GUILLOT - AFP

Le rapport "Benalla" de la Commission sénatoriale contient "beaucoup de contrevérités", a réagi le porte-parole du gouvernement français ce mercredi. Benjamin Griveaux a aussi estimé que c'était "curieux que les assemblées aient à se prononcer sur l'organisation du pouvoir exécutif."

Le rapport pointe en effet des "dysfonctionnements majeurs" à la tête de l'Etat, et ses rédacteurs estiment qu'Alexandre Benalla et Vincent Crase doivent être poursuivis pour faux témoignage.

Le chef de file des députés LREM, Gilles Le Gendre, a estimé mercredi que le rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla avait été rédigé "pour être accablant", avec un objectif "à l'évidence politique".

Le rapport a été rédigé à bien des égards "pour être accablant et pour être sévère. C'est-à-dire que la finalité initiale de la commission d'enquête était probablement d'essayer de révéler une vérité. En cours de route, s'est ajouté à cet objectif un autre objectif qui était à l'évidence politique", a déclaré Gilles Le Gendre dans les couloirs de l'Assemblée. "Je pense que nous sommes dans une phase différente de celle qui avait justifié cette commission d'enquête. Pour moi, l'affaire Benalla n'est plus l'affaire politique qu'elle pouvait être ou qu'elle pouvait paraître être au début au mois de juillet. Elle est maintenant du registre exclusif de la justice", qui est saisie et sur laquelle "le gouvernement n'a évidemment aucune influence", a-t-il affirmé.

L'affaire Benalla était "l'illustration d'un dysfonctionnement" mais il a été "corrigé" par "la réorganisation des services de l'Élysée" et le licenciement du collaborateur du président, ce "qui fait passer l'affaire dans le registre judiciaire et qui la sort définitivement du registre politique", selon lui. 

Le parquet de Paris a, en outre, annoncé avoir ouvert la semaine dernière une enquête préliminaire pour déterminer s'il y a eu dissimulation de preuves dans le cadre des différentes enquêtes visant Alexandre Benalla.

Brut 21/02/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK