Raids meurtriers américains contre des combattants pro-Iran en Syrie et en Irak

Une dizaine de combattants irakiens pro-Iran ont été tués dans des frappes américaines contre leurs positions en Syrie et en Irak, pays voisin où la puissante coalition paramilitaire du Hachd al-Chaabi a menacé lundi de "venger" ses miliciens morts.

Les raids, survenus dans la nuit, ont été menés selon le Pentagone en représailles aux attaques répétées ayant visé ces derniers mois les intérêts américains en Irak et imputées par les Etats-Unis aux factions irakiennes fidèles à l’Iran, ennemi de Washington.

En outre, ils sont intervenus au moment où des efforts diplomatiques sont en cours pour tenter d’obtenir le retour des Etats-Unis à l’accord sur le nucléaire iranien, et ainsi essayer de sauver ce pacte.

Sur ordre du président Joe Biden, l’armée de l’air américaine a ciblé des centres opérationnels et des dépôts d’armes dans deux endroits en Syrie et un endroit en Irak, des installations utilisées par des milices soutenues par l’Iran, a précisé le Pentagone.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les raids ont détruit un entrepôt et une position de milices irakiennes membres du Hachd al-Chaabi près de la ville de Boukamal, dans l’est syrien non loin de la frontière irakienne.

Au moins sept combattants irakiens ont été tués et six blessés, a affirmé cette ONG ayant un vaste réseau de sources en Syrie, pays en guerre depuis 2011 où plusieurs milices armées étrangères, notamment d’Irak, ont combattu au côté du régime de Bachar al-Assad.

A Bagdad, le Hachd al-Chaabi, fer de lance de l’anti-américanisme en Irak, a reconnu dans un communiqué la mort d’une "poignée de combattants" dans des frappes américaines en Irak.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK