Raid américain à Bagdad: l'Irak porte plainte à l'Onu pour viol de sa souveraineté

Raid américain à Bagdad: l'Irak porte plainte à l'Onu pour viol de sa souveraineté
Raid américain à Bagdad: l'Irak porte plainte à l'Onu pour viol de sa souveraineté - © ALI CHOUKEIR - AFP

Bagdad a convoqué l'ambassadeur américain pour dénoncer des "violations de la souveraineté de l'Irak" après un raid sur des bases des pro-Iran et l'assassinat sur son sol du puissant général iranien Qassem Soleimani. Dans la foulée, l'Irak a annoncé avoir porté plainte auprès du Conseil de sécurité de l'Onu contre "des attaques américaines contre des bases irakiennes" et "l'assassinat de commandants militaires irakiens et amis".

L'Irak considère comme une "violation de sa souveraineté" le tir de drone qui a tué vendredi à l'aéroport de Bagdad le puissant général iranien Qassem Soleimani et Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces de sécurité.

Il a été dit à l'ambassadeur Matthew Tueller que "ces opérations militaires illégitimes menées par les Etats-Unis sont des attaques et des actes condamnables qui peuvent mener à une escalade des tensions dans la région et qu'elles constituent une violation de la souveraineté" du pays, indique un communiqué du ministère.

Dimanche, le Parlement irakien a réclamé au gouvernement l'expulsion des troupes américaines du pays, où une faction pro-iran a appelé les soldats irakiens à s'éloigner des bases où se trouvent les forces américaines, faisant redouter plus de violence encore.


►►► A lire aussi: Raid américain à Bagdad: la réponse de l'Iran sera militaire et "fera regretter à l'ennemi son geste"


Le Premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi a dénoncé "un assassinat politique" de Soleimani et de Mouhandis, qui ne laisse plus que deux choix: "appeler les troupes étrangères à partir immédiatement ou revoir leur mandat par un processus parlementaire".

Le chef du Parlement Mohammed al-Halboussi a ensuite lu une décision qui "contraint le gouvernement à préserver la souveraineté du pays en retirant sa demande d'aide" adressée à la communauté internationale pour combattre le groupe Etat islamique (EI) -et donc à retirer son invitation à la coalition internationale.

Dans le brouhaha, alors que parmi les 168 députés présents -sur 329- certains réclamaient un vote, M. Halboussi a annoncé: "décision adoptée!" avant de se retirer.

 

Extraits de notre JT 19h30 de ce dimanche 05 janvier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK