Qui sont les "Proud Boys", ce groupe soutenu par Trump et dont le nom a été détourné par les LGBT ?

Ils sont tous des hommes, majoritairement blancs, américains, ils portent des polos noirs lignés jaunes et des équipements militaires. Ce sont les Proud Boys. Ce groupe néofasciste refuse les femmes, les immigrés et est surtout pro-Trump. Le président américain a d’ailleurs exprimé son soutien aux "garçons fiers" lors de son débat contre Joe Bidden le 30 septembre dernier. Des déclarations qui ont créé un tollé.

Un fondateur "sexiste, xénophobe et transphobe"

Les Proud Boys sont un groupe voué à "défendre l’Occident" qui a été fondé par Gavin McInnes. Cinquantenaire, il est également connu pour avoir créé le magazine Vice en 1994. Ce mensuel axé sur la culture urbaine est désormais également décliné sur le web.

Gavin quittera la rédaction en 2008 et animera différentes chroniques sur des télévisions conservatrices. Ses propos lui valent régulièrement des accusations de sexisme, xénophobie et transphobie. Mais de jeunes hommes américains se mettent à lui vouer un véritable culte. Des rencontres avec ces derniers naîtront les Proud Boys en 2016 à New York.

2 images
Gavin McInnes lors d’une manifestation le 27 avril 2017 en Californie. © AFP

Selon le New-York Times, il y aurait près de 3000 membres recensés. Les valeurs du groupe sont très conservatrices : une gouvernance minimale, une liberté maximale, l’anti-politiquement correct, la guerre antidrogue, la fermeture des frontières, la défense du port d’armes, l’anti-multiculturalisme, la glorification de l’entrepreneur ou la vénération de la femme au foyer.

Rite initiatique

Pour intégrer le groupe, les hommes doivent passer par un rite d’initiation qui comporte 4 degrés d’adhésion.

  • Degré 1 : prononcer la phrase "je suis un Occidental chauvin qui refuse de s’excuser pour la création du monde moderne".
  • Degré 2 : donner le nom de 5 marques de céréales pendant que l’aspirant se fait rouer de coups par d’autres membres.
  • Degré 3 : se faire tatouer le logo des Proud Boys et renoncer à la masturbation.
  • Degré 4 : participer à des bagarres "pour la cause" contre des groupes d’extrême gauche.

Aujourd’hui, ce sont les supporters du mouvement "Black lives matter" et les antifas qui sont particulièrement visés par les Proud Boys.

Trump créé un tollé

Depuis la création, le groupe des Proud Boys se distingue par la violence de ses membres. De nombreux heurts ont éclaté lors de différentes manifestations.

Le président américain Donald Trump a d’ailleurs été interrogé sur ces violences lors du débat face à Joe Biden le 30 septembre dernier. Alors que le journaliste Chris Wallace lui a demandé de condamner le groupe, Trump a enfoncé le clou en appelant les Proud Boys à "reculer et à se tenir prêts" ("Stand Back, Stand By"). Il a également indiqué que les violences dans les manifestations provenaient de groupes d’extrême gauche et non pas d’extrême droite.

Conscient de son erreur, Donald Trump et son équipe de communication sont revenus sur les dires du président américain dès le lendemain. "La seule chose que je peux dire est qu’ils doivent se retirer et laisser la police faire son travail" a-t-il indiqué.

Les LGBT contre-attaquent

Depuis leur création, les Proud Boys ont toujours été très présents sur les réseaux sociaux, vecteurs principaux de leur propagande. Suite aux déclarations de Trump, les tweets et commentaires racistes et homophobes des Proud Boys se sont démultipliés.

Pour cacher cette haine, les gays américains se sont mobilisés en masse pour inonder le #ProudBoys de messages d’amour. Ce hashtag encore plein de haine il y a quelques jours est devenu une fierté homosexuelle.

Si des lambda postent des milliers de tweets chaque jour, des stars et des organisations soutiennent également la cause. Les forces armées canadiennes ont notamment publié une photo montrant deux de leurs soldats en train de s’embrasser.

Suite à cet envahissement de "leur" hashtag, les Proud Boys ont décidé d’en créer un nouveau, #Leathermen ou homme en cuir… Les LGTB ont quant à eux décider de montrer réellement c’est qu’était un "homme en cuir".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK