Qui est Dimitros Pagourtzis, l'élève suspecté d'avoir abattu 10 personnes au Texas?

Dimitrios Pagourtzis, 17 ans, a abattu 10 personnes et en a blessé 10 autres vendredi dans son lycée de Sante Fe au Texas
4 images
Dimitrios Pagourtzis, 17 ans, a abattu 10 personnes et en a blessé 10 autres vendredi dans son lycée de Sante Fe au Texas - © OFF

Qu'est-ce qui a poussé un adolescent de 17 ans à provoquer un bain de sang vendredi dans son lycée de Santa Fe au Texas? Une question que la justice va pouvoir poser au jeune homme, qui s'est rendu à la police après avoir abattu 10 personnes.

Le suspect, Dimitrios Pagourtzis, est apparu vendredi soir menotté, tête baissé, répondant simplement "Oui Monsieur", "Non Monsieur" aux questions d'un juge portant sur des points de procédure. Il a notamment été inculpé pour meurtres, un crime passible de la peine de mort au Texas.

Adolescent calme 

Si certains de ses camarades ont évoqué un adolescent calme, qui restait dans son coin et avait peu d'amis, les raisons qui ont poussé le jeune Dimitrios à commettre ce massacre restaient, pour l'heure, inconnues.

Des informations trouvées "dans ses journaux sur son ordinateur et son téléphone" ont permis d'établir que le tireur prévoyait de se suicider après l'attaque qu'il avait planifiée, a précisé le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott.

Un lycéen a indiqué à une chaîne de télévision locale que l'adolescent, joueur de l'équipe B de football américain, était victime de harcèlement: "Les entraîneurs le harcelaient et l'insultaient".

Selon les autorités, il avait récemment publié une photo sur sa page Facebook d'un t-shirt noir barré des mots "Né pour tuer".

Mais selon le gouverneur Abbott, les signaux qui auraient pu avertir d'un passage à l'acte étaient "soit non-existants, soit très imperceptibles".

Vêtu d'un long manteau noir cachant un fusil et un revolver, des armes appartenant à son père, Dimitrios Pagourtzis est entré dans une salle de classe vers 08H00 du matin vendredi et a ouvert le feu, faisant dix morts et dix blessés.

J'ai couru aussi vite que j'ai pu

"C'était plutôt calme pendant quelques secondes et puis on a entendu quelqu'un tirer 'pow, pow, pow'. Et tout le monde a paniqué", a raconté à l'AFP Hunter Mead, 14 ans.

"Mon ami s'est fait tirer dessus", a raconté en pleurs Dakota Schrader, une autre élève. "J'ai entendu 'boum, boum, boum', j'ai couru aussi vite que j'ai pu jusqu'à la forêt et je me suis cachée pour appeler ma mère", a ajouté la jeune fille. "Je ne devrais pas subir ça. C'est mon école, c'est ma vie de tous les jours. J'ai peur d'y retourner".

Il y a seulement trois mois, 17 personnes décédaient ainsi sous les balles d'un tireur de 19 ans dans un lycée de Parkland, en Floride, le massacre déclenchant une mobilisation nationale pour demander notamment de limiter l'accès aux armes à feu.

D'après le Washington Post, il y a eu davantage de morts dans des établissements scolaires depuis début 2018 que chez les membres des forces armées.

Sujet JT 19h30 19 mai :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK