Quels sont les intérêts pour la Turquie d'inonder Hasankeyf, une ville au patrimoine historique de 12.000 ans?

Le gouvernement turc a annoncé qu'il allait remplir le barrage d'Ilisu, sur le Tigre, ce fleuve qui prend sa source en Turquie, parcoure tout l'Irak avant de se jeter dans le Golfe persique.

Et cette nouvelle fait grincer des dents, car la ville de Hasankeyf, qui possède un patrimoine historique de plus de 12 000 ans, devra alors disparaître sous l’eau, ainsi que près de 200 villages de la vallée.  Le barrage devant retenir l’eau, jusqu’à 10 milliards de mètres cubes, pour produire de l’électricité.

 

Une dimension géopolitique

Outre l’aspect purement sociétal et historique – des milliers de personnes doivent être déplacées et le patrimoine serait quasiment perdu -, il y a aussi un aspect géopolitique à prendre en compte.

Le barrage, dont le chantier a commencé en 2006 (mais le projet a été imaginé dans les années 1960), est situé dans l’est de la Turquie dans une zone particulièrement stratégique. Situé sur le Tigre, il permet de contrôler ce flux d’eau qui traverse la Syrie, un peu, l’Irak, complètement, ainsi que… le Kurdistan, que la Turquie ne reconnaît pas officiellement. La mainmise sur l’eau permettrait de tordre le bras, en partie, aux opposants kurdes.

Hasankeyf, située dans la région de Batman, regroupe de nombreux critères pour être classé au patrimoine mondial, mais l’Unesco et les autres organisations internationales restent muettes à ce propos.

Parmi les 3000 habitants de la cité, certains se réjouissent de se voir reloger dans des habitations plus modernes et plus grandes à l’avenir, tout en attendant les retombées économiques promises par l’Etat turc. D’autres redoutent ce moment, dénonçant le "crime" culturel que représente cette inondation alors que la cité est l’une des plus anciennes villes du monde encore debout de nos jours.

La submersion est donc prévue. Et à partir du moment où les vannes du barrage seront fermées, Hasankeyf aura trois mois pour être définitivement abandonnée à son sort avant que l'eau ne recouvre complètement la ville. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK