Quelle réaction des Européens face à un "no deal" ou un report du Brexit? Eclairage en trois questions

Au lendemain du nouveau rejet à la Chambre des communes du plan de Brexit présenté par Londres et Bruxelles, les députés britanniques sont appelés à voter ce
mercredi sur la possibilité de quitter l'Union européenne sans aucun accord le 29 mars prochain ou s'il faut exclure cette hypothèse. Si les Britanniques font une demande de report du Brexit, cette demande sera examinée lors du sommet européen qui se tiendra à Bruxelles. Concrètement, que peut-il se passer? Réponse en 3 questions.

Les Européens vont-ils accepter de reporter le Brexit ?

Ils l’ont déjà dit, ils ne sont pas contre. Mais avant d’accepter, ils mettront des conditions: "On peut vous donner quelques semaines, voire quelques mois, mais il faut une perspective de solution. Une vraie alternative qui tienne la route".

Est-ce possible avec les élections européennes de mai prochain?

C’est possible, si le report n’est que de quelques semaines. La date butoir n'est pas les élections du 26 mai, c'est début juillet : lorsque le nouveau parlement européen sera inauguré. Mais on voit mal quelle nouvelle solution pourrait émerger d’ici là.

S’il est donc question d’un report de plusieurs mois, il y a un problème parce que cela veut dire que les Britanniques devraient participer aux élections européennes, siéger quelques mois, et puis quitter le Parlement quelques mois plus tard. Il s'agirait d'une situation très inconfortable pour tout le monde.

Et si les Européens refusaient de reporter le Brexit ?

Dans ce cas-là, on irait de facto vers une sortie sans accord, le scénario catastrophe. Mais avant d’en arriver là, Theresa May pourrait revenir à la charge avec le fameux accord qui a été rejeté hier. Selon certaines rumeurs, elle pourrait organiser un troisième vote au Parlement britannique, juste avant le 29 mars. Elle pourrait essayer de faire flancher les hard brexiters en agitant la menace d’un second referendum ou d’un retrait de l’article 50.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK