Quel bilan pour la cheffe de la diplomate européenne, Federica Mogherini?

Quel bilan pour la cheffe de la diplomate européenne, Fédérica Mogherini?
Quel bilan pour la cheffe de la diplomate européenne, Fédérica Mogherini? - © BEN STANSALL - AFP

La Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, ne briguera pas un second mandat. Elle l'annonçait lors de la Convention annuelle des ambassadeurs de l’Union européenne à Bruxelles ce lundi. Que retenir de son mandat? Selon Thomas Gomart, directeur de l'Institut français des relations internationales (IFRI), "elle est parvenue à ce que l'Union européenne ne parle que d'une seule voix sur de nombreux dossiers internationaux".

Un style plus efficace

Sa prédécesseure, la britannique Cathy Ashton, avait été critiquée pour son absence sur la scène européenne. On évoquait à l'époque une erreur de casting. Pour le directeur de l'Institut français des relations internationales, Federica Mogherini est parvenue à incarner cette fonction: "son style est beaucoup plus efficace sur le plan médiatique. C'est une femme qui est arrivée avec peu d'expérience parce qu'elle avait été que quelques mois ministre des Affaires étrangères de Matteo Renzi. Et, elle ne s'est pas du tout effondrée, au contraire! Elle a donné un visage à cette fonction".

Un poste utile ?

Cela fait bientôt neuf ans que l'Union européenne s'est dotée d'un Haut représentant de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. Il regroupe les différentes fonctions diplomatiques européennes. Il est censé donner plus de visibilité à la politique extérieure européenne. Mais, la politique extérieure reste avant tout une compétence des Etats membres.  

Thomas Gomard déplore que la voix de l'Europe ne soit pas devenue plus forte sur la scène internationale avec l'arrivée de ce poste: "Federica Mogherini prend la place que les Etats membres veulent bien lui laisser. Sur les grands dossiers les plus brulants, l'Union européenne est relativement absente. Je pense particulièrement au conflit syrien qui est le sujet majeur de l'agenda international et, sur lequel malheureusement, l'Union européenne brille par son silence".

Découvrez l’intégralité de l’interview de Thomas Gomart, ce vendredi à 19h10 dans La Semaine de l'Europe sur La Première

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK