Que sont devenues les lycéennes enlevées il y a 500 jours par Boko Haram?

Des militants du collectif #Bringbackourgirls en juillet dernier
Des militants du collectif #Bringbackourgirls en juillet dernier - © PHILIP OJISUA - AFP

Le Nigéria marque aujourd'hui les 500 jours de l'enlèvement de leurs filles, leurs soeurs. Celles que l'on a appelé les lycéennes de Chibok. Plus de 200 jeunes filles enlevées par le groupe terroriste Boko Haram en avril 2014. Cela avait donné lieu à un grand mouvement, sur les réseaux sociaux et ailleurs : "Bring Back Our Girls". Un mouvement soutenu par plusieurs personnalités, comme Michelle Obama ou encore Angelina Jolie. 500 jours plus tard, que sont devenues ces jeunes filles ?

Incertitude

En tout, 276 jeunes filles avaient été enlevées. La plupart étaient chrétiennes. 57 étaient parvenues à s'enfuir. Difficile de savoir précisément ce que sont devenues les autres. L'armée nigériane dit savoir où ces jeunes filles se trouvent : sans doute dans les environs de la gigantesque forêt de Sambisa, au Nord-est du pays. Mais elle explique qu'une opération militaire risquerait de mettre leur vie en danger.

Selon Amnesty International, la situation est plus compliquée: certaines auraient été vendues comme esclaves sexuelles et auraient donc quitté le Nigéria.

D'autres, mariées à des combattants de Boko Haram. L'organisation pense aussi qu'elles seraient entraînées et utilisées dans des attaques du groupe armé.

Parfois peut-être, utilisées comme bombes humaines.

Les retrouver, c'est en tous cas devenu la priorité du nouveau président nigérian.

Boko Haram continue à sévir

Depuis son élection, la force composée du Nigéria et de plusieurs pays voisins a infligé plusieurs revers à Boko Haram. Des centaines d'otages ont d'ailleurs été libérés lors de ces opérations. Mais pas les lycéennes de Chibok. Toujours selon Amnesty International, Boko Haram a enlevé plus de 2000 femmes et filles ces quatre dernières années.

La secte islamiste qui a fait allégeance au groupe terroriste l'Etat islamique prend souvent pour cible des écoles, des étudiantes, des enseignants.

Boko Haram est très clair là-dessus. Boko Haram signifie littéralement : "l'éducation occidentale est un péché". La secte veut imposer son interprétation de l'islam et empêcher la population de recevoir une éducation. Elle s'oppose aussi aux Chrétiens de la région.

Malgré l'offensive de la force qui regroupe plusieurs états de la région, Boko Haram continue de semer la terreur. Il y a 10 jours, 150 personnes sont mortes noyées ou ont été abattues. Elles tentaient de fuir une attaque de Boko Haram.