Que se cache-t-il derrière la traque pour retrouver les jeunes nigérianes?

A Paris comme ailleurs, la cause des jeunes nigérianes est très médiatique.
A Paris comme ailleurs, la cause des jeunes nigérianes est très médiatique. - © AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Le monde entier se mobilise contre Boko Haram après l'enlèvement de 270 écolières. Une nouvelle guerre contre le terrorisme pourrait viser cette fois l'Afrique. Quels sont les ressorts de cette mobilisation ? Analyse.

Les vidéos postée par le chef de Boko Haram ont indigné partout dans le monde. Et à raison. Comment accepter que des jeunes filles soient enlevées de nuit dans leur pensionnat par un groupe islamiste qui se destine à les convertir, les marier, les vendre comme esclaves ou les utiliser comme monnaie d'échange ? Abubakar Shekau offre le profil parfait du djihadiste barbare et moyenâgeux. Même le mufti d'Arabie saoudite, qui est loin d'être tenant d'un islam progressiste, a dû condamner un pratique éloignée des principes islamiques.

La cause est donc populaire en Occident. On a vu des actrices et des anciennes premières dames, Carla Bruni et Valérie Trierweiler, manifester à Paris pour le retour des lycéennes. Le hashtag " Bring Back Our Girls " a été partagé un million de fois, à commencer par Michèle Obama.

Campagne des Premières dames

Cela rappelle une autre campagne menée par des Première dames. En 2001, Cherie Blair et Laura Bush s'indignaient de la situation des femmes en Afghanistan. Les épouses des dirigeants britanniques et américains appelaient à se mobiliser pour libérer les Afghanes de la burqa talibane. 13 ans, une invasion, et 50 000 morts plus tard, les talibans sont aux portes de Kaboul. L'échec de la guerre au terrorisme lancée par George Bush est patent. Les méthodes utilisées et les bavures commises par les drones ont radicalisé des populations qui ne demandaient qu'une amélioration de leurs conditions de vie.

Américains, Britanniques et Français sont à présent arrivés au Nigeria. Les experts vont aider le gouvernement de Goodluck Jonathan dans sa lutte contre Boko Haram. La Chine, Israël, et même la Belgique sont prêts à venir en aide. Le président français réunit samedi un sommet sur la sécurité au Nigeria. Difficile de ne pas voir dans cette agitation la récupération d'une cause médiatiquement très porteuse. Les ONG ne parviennent pas à obtenir les fonds nécessaires pour venir en aide aux millions de réfugiés syriens. Les vidéos caricaturales d'Abubakar Shekau sont, elles, parvenues à déclencher une mobilisation planétaire, et à relancer une nouvelle guerre contre le terrorisme, en Afrique cette fois.

Première puissance économique africaine

Pendant trois semaines, personnes n’avait bougé pour les lycéennes. Et certainement pas le président Goodluck Jonathan. Son gouvernement mène pourtant une guerre aussi sanglante qu’inefficace contre Boko Haram. Depuis un an, il a déclaré l'Etat d'urgence. L'armée nigériane, quand elle agit, ne fait pas dans la demi-mesure. Ces quatre derniers mois ont fait 2000 morts.

Officiellement, des sommes colossales sont englouties dans la lutte contre le terrorisme : 23% du budget de l’Etat. Le Nigeria est la première puissance économique africaine. Huitième producteur pétrolier du monde. Et parmi les plus corrompus. "Tandis que les généraux se goinfrent dans la capitale, relève le spécialiste Marc-Antoine Pérouse de Montclos, les soldats sur le terrain sont mal équipés et isolés." Amnesty International a révélé que l'armée avait été prévenue de l'imminence de l'assaut sur l'école. Mais les soldats avaient préféré ne pas se mettre en danger face à des islamistes souvent mieux équipés qu'eux.

Tant mieux si les drones permettent de retrouver les jeunes filles. Le plus vite sera le mieux. Mais ce dont le Nigeria a besoin, ce n'est certainement pas d'une nouvelle guerre sans merci. La réponse au phénomène Boko Haram passe par une bonne gouvernance et une redistribution plus juste de la manne pétrolière. Les spécialistes prônent un plan Marshall : des investissements dans les infrastructures et de l'emploi des jeunes, en particulier dans le nord trop souvent oublié.

Ramenez nos filles, oui. Mais surtout, développez notre pays...

Daniel Fontaine

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK