Que reste-t-il du groupe terroriste Etat islamique? (Cartes)

Un nouveau rapport de l’Organisation des Nations Unies est sorti cette semaine. Il met en avant ce chiffre : 20.000 à 30.000 combattants du groupe terroriste Etat Islamique sont encore présents en Syrie et en Irak, malgré les défaites militaires et le recul du groupe djihadiste dans la région. La moitié d’entre eux, entre 10.000 et 15.000 se trouvent en Irak, l’autre moitié en Syrie. Selon ce rapport, entre 3000 et 4000 combattants de l'EI sont toujours basés en Libye, alors que les principaux responsables de l'organisation djihadiste opèrent désormais depuis l'Afghanistan.

L'EI contrôle désormais des zones isolées

En 2018, le groupe terroriste contrôle encore quelques petites parties de territoires à la frontière irakienne et en Syrie. On est donc très loin du contrôle que l’Etat islamique avait, il y a trois ans, dans la région. La zone contrôlée par l’EI équivalait à la taille du Royaume-Uni. A l’époque, l'organisation terroriste comptait également plus de combattants dans ses rangs : les sources officielles évoquent 100.000 djihadistes en 2015 contre, 20.000 à 30.000 aujourd’hui.

Le groupe terroriste en déroute

L'EI a perdu le contrôle de la plupart de son "califat" autoproclamé, notamment après avoir été chassé en 2017 de Mossoul et Raqa, les deux places fortes du groupe djihadiste sunnite en Irak et en Syrie. Le groupe terroriste est aujourd’hui en déroute, selon Thomas Renard, expert en terrorisme à l’Institut d’Egmont. "La capacité opérationnelle du groupe est affaiblie et donc la menace est affaiblie. L’Etat islamique est aujourd’hui moins capable d’organiser un attentat en Europe, explique le spécialiste. La propagande est aussi moins présente, en qualité et en quantité. Les gens qui veulent rejoindre l’EI sont donc moins nombreux. Certains continuent de s’identifier au groupe terroriste, mais ça n’a plus rien à voir avec la période entre 2012 et 2014", poursuit Thomas Renard.

Des chiffres à prendre avec prudence

Selon Thomas Renard, les chiffres donnés par l’ONU sont à prendre avec des pincettes. "Il faut être prudent par rapport aux chiffres, explique-t-il. Il est très difficile de calculer le nombre de militants. Chaque Etat membre de l’ONU dispose de ses propres chiffres concernant ses citoyens partis sur zone, mais la capacité de chaque état à compiler des informations précises et à les tenir à jour peut fortement varier". Il y a aussi les membres syriens et irakiens dans ces zones dont le nombre est sans doute le plus difficile à mesurer. Sont-ils tous membres du groupe terroriste ? Pas forcément. Certains ont tenté de sauver leur peau lorsque l’EI contrôlait des territoires. A l’époque, ils ont affirmé qu’ils faisaient partie du groupe, mais aujourd’hui, ils n’ont plus rien à voir avec lui.

Combien de morts? On ne sait pas

Il est difficile aussi de calculer le nombre de morts dans les rangs de l’Etat islamique. "Les estimations résultent des combats et des frappes de la coalition, mais il est difficile de savoir exactement combien de personnes sont décédées", estime l’expert en terrorisme. Dans ces cas-là aussi, chaque Etat membre essaie d’avoir des informations concernant les combattants de son pays partis en Syrie et en Irak. La Belgique, par exemple, va voir les familles, scrute les réseaux sociaux, reçoit des informations via les renseignements étrangers pour avoir une vision globale. "C’est difficile parce que les dernières informations datent parfois d’il y a un an, un an et demi".

Il y a aussi beaucoup de mouvements chez les djihadistes. "Combien sont morts dans les bombardements ? Combien sont partis avant ou après ? Nous n’avons pas ces données". Il faut également indiquer que l'organisation terroriste ne tient pas de registre des décès et il n’annonce pas à chaque fois ses membres décédés.

Prenons comme exemple ce chiffre : en Europe, on évoque 5000 combattants étrangers européens auprès de l’Etat Islamique. En réalité, ils ne seraient plus que 1500 maximum, si on soustrait les individus déjà rentrés en Europe et ceux présumés décédés.

Le territoire contrôlé par l'EI en 2015

3 images
Que reste-t-il du groupe terroriste Etat islamique? © RTBF

Le territoire contrôlé par l'EI en 2018

3 images
Que reste-t-il du groupe terroriste Etat islamique? © RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK