Que reproche-t-on a Pie XII, le pape de la seconde guerre mondiale?

Que reproche-t-on a Pie XII, le pape de la seconde guerre mondiale?
Que reproche-t-on a Pie XII, le pape de la seconde guerre mondiale? - © Tous droits réservés

Le pape a annoncé lundi que les archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie XII (1939-1958) seraient ouvertes en mars 2020, dans l’espoir de mettre fin aux controverses sur son rôle pendant la guerre.

Pie XII de son vrai nom, Eugenio Pacelli, est décédé le 9 octobre 1958 à Castel Gandolfo, à l’âge de 82 ans.

Pacelli a été nonce en Bavière puis à Berlin, secrétaire d’Etat et principal collaborateur de Pie XI dans les années 30. Devenu Cardinal, il négocia en 1933 un concordat étendu à tout le IIIe Reich naissant. Agrandissant ainsi, les accords régionaux existant entre le Saint-Siège, la Prusse, la Bavière et les territoires ou se trouvait rassemblé la majorité des catholiques allemands. Une négociation et un accord contre nature à mettre en regard avec la montée du communisme partout en Europe à ce moment-là.

Pourtant coup de théâtre en mars 1937 avec l’encyclique « Mit brennender Sorge » (Avec une brûlante inquiétude). Un texte signé par le pape Pie XI, mais rédigé par Eugenio Pacelli, avec l’aide de plusieurs évêques allemands. L’encyclique est publiée en allemand, fait exceptionnel pour l’époque, et imprimé à plusieurs milliers d’exemplaires qui sont distribués en secret dans les paroisses allemandes. Elle est lue le dimanche des Rameaux, suscitant la surprise du pouvoir nazi et de la Gestapo, qui n’avait pas vu venir le coup et surtout cette charge violente contre le régime. Le nazisme y est clairement désigné comme incompatible avec la foi de l’Évangile.

Pacellin, fut élu 258e pape en 1939 et succéda à Pie XI juste au début d’une des périodes les plus difficiles du vingtième siècle, la seconde guerre mondiale.

Sujet Euronews

Relations juifs catholiques

The American Jewish Committee (AJC), une des plus grandes organisations juives américaines, a « salué » lundi l’ouverture des archives de Pie XII annoncée par le Vatican, un geste « immensément important pour les relations juifs-catholiques » que l’organisation réclamait depuis des années.

« Depuis plus de 30 ans, l’AJC demande l’ouverture complète des archives secrètes du pape Pie XII, pour faire la lumière sur ses activités de pontife pendant la Seconde guerre mondiale », a souligné l’organisation dans un communiqué.

« Il est particulièrement important que les experts des grands instituts de mémoire de l’Holocauste en Israël et aux Etats-Unis puissent évaluer objectivement, du mieux possible, les documents historiques de cette période terrible, pour reconnaître tant les erreurs que les efforts courageux faits pendant cette période de meurtre systématique de six millions de juifs », a déclaré le directeur international des affaires interreligieuses de l’AJC, le rabbin David Rosen.

Il s’est aussi réjoui que cette annonce soit intervenue juste avant une visite d’une délégation de l’AJC au Vatican, cette semaine, pendant laquelle une audience avec le pape François est prévue.

Un sujet qui reste polémique (2009)

Reproche pour sa passivité et son silence sur la Shoah

Pie XII a souvent été accusé de ne pas avoir dénoncé suffisamment le massacre des juifs, tandis que d’autres historiens assurent qu’il a sauvé des dizaines de milliers de juifs italiens en demandant aux couvents de leur ouvrir leurs portes.

Cette passivité fit l’objet d’une pièce de théâtre écrite par Rolf Hochhuth intitulée « Le vicaire, une tragédie chrétienne ». Cette pièce de théâtre créé à Berlin en 1963 dénonçait l’attitude du pape pendant la seconde guerre. On y découvre un pape qui ne semble pas réagir face aux informations qu’il reçoit concernant les massacres de juifs en territoires occupés par les nazis.

Cependant, plusieurs observateurs ont vu dans la pièce une tentative de l’auteur, qui fut membre des jeunesses hitlériennes, de transférer la culpabilité des crimes de guerre nazis sur le Pape et la religion chrétienne. On pourrait aussi, disaient-ils, parler de la passivité des puissances alliées qui ont préféré regarder ailleurs pendant que la Shoah se déroulait dans l’Europe occupée.

Cette pièce à charge pour Pie XII fut d’ailleurs adaptée au cinéma par le réalisateur grec Costa-Gavras qui en fit le film « Amen » en 2002.

Le pape d’Hitler?

Dans son livre « Pie XII, et les Juifs », publié en 2005 aux Etats-Unis, le rabbin et professeur David Dalin tente de démonter les critiques faites au Pape Pie XII.

On note surtout dans les témoignages à décharge que le pape se serait rendu compte très rapidement des dangers. Mais que, selon le pape, la dénonciation publique des actions du nazisme entraînerait de très lourdes conséquences pour les populations locales et pourrait se révéler dangereuse pour les Juifs.

Pie XII aurait préféré alors favoriser la mise en place d’une politique d’actions discrètes, contribuant à sauver des centaines de milliers de Juifs.

Les dernières années de la guerre furent difficiles pour lui, entre 1943 et 1945, à Rome, le Général Karl Wolff menaça à plusieurs reprises d’enlever le pape Pie XII, d’exterminer la curie romaine et d’occuper le Vatican.

Pie XII, sous le ciel de Rome – extrait du film 2018

La signature en 2009 d’un décret par le prédécesseur du pape François, Benoît XVI, donnant le feu vert à sa béatification a relancé ce débat historique.

Ces archives se composent de plusieurs dizaines de millions de documents. L’ouverture en 2020 et la mise à disposition de ces témoignages aux historiens permettront sans doute de mieux cerner les volontés et les actions de Pie XII durant la guerre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK