Que dit le nouveau casting de la Commission européenne sur ses priorités politiques ?

European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019
European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Le casting de la future Commission européenne a été dévoilé ce mardi après-midi. On connaît désormais le nom de tous les candidats commissaires ainsi que les portefeuilles qui leur ont été alloués par la future présidente, l’allemande Ursula von der Leyen. Cette équipe donne de premières indications sur les priorités politiques de la future Commission.

La lutte contre le réchauffement climatique

Ce casting européen confirme ce que la présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, affirmait lors de son grand oral devant le Parlement européen en juillet dernier. La lutte contre le changement climatique sera la priorité de son mandat. Elle le prouve en nommant le néerlandais Frans Timmermans vice-président de cette Commission. Ce poids lourd de la scène politique européenne sera chargé de faire aboutir le Green Deal européen dans les 100 premiers jours de son mandat.

Sortir l’Europe de ses divisions

La présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé la Tchèque Vera Jourova au poste de vice-présidente chargée de la Transparence et des Valeurs.

Elle s’occupera de la question de l’Etat de droit en tandem avec le ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders, prochain commissaire à la Justice. Placer une représentante de l’Europe centrale et orientale à ce poste, permettra d’aplanir les relations tendues entre la Commission européenne et la Pologne ou la Hongrie accusées de bafouer l’Etat de droit.

Le choix de l’italien Paolo Gentiloni, comme commissaire à l’économie, peut également être interprété comme un signe d’apaisement lancé, cette fois-ci, en direction de Rome qui n’a de cesse de réclamer un assouplissement des règles budgétaires.

La question de l’immigration

Dans cette nouvelle Commission européenne, il n’y a pas, à proprement parler, de commissaire à l’immigration. Il faut désormais parler de commissaire en charge de la protection du mode de vie européen. Le poste a été attribué au grec Margaritis Schinas.

"Il sera en charge de la migration, mais aussi de la migration des travailleurs qualifiés et du sujet de la protection. Il travaillera donc sur toute la chaîne de la migration. Il s’agit une compétence à cheval sur plusieurs portefeuilles de commissaires.", a détaillé Ursula von der Leyen.

On devine derrière cet intitulé, un peu obscur, une volonté d’apaiser les tensions avec les pays d’Europe centrale et orientale, très remontés sur la question de la politique migratoire. La nationalité de ce commissaire n’est pas non plus anodine. La Grèce fait partie des premiers à demander une meilleure répartition des migrants dans l’Union européenne.

Suivez toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK