Qu'est-ce qui a changé depuis l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir en Autriche?

Qu'est-ce qui a changé depuis l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir en Autriche?
Qu'est-ce qui a changé depuis l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir en Autriche? - © THIERRY ROGE - BELGA

En décembre 2017, Sebastian Kurz, 31 ans, a prêté serment à Vienne, signant ainsi l'arrivée au pouvoir d'une coalition formée par la droite (ÖVP) et l'extrême droite (FPÖ). Après plus de 7 mois au pouvoir, peut-on constater des changements dans la société autrichienne?

Jérôme Ségal, maître de conférence à la Sorbonne spécialiste de l'Autriche, cite deux mesures qui "relèvent d'un nationalisme plus criant". D'une part, il y a la mise en place du programme "Les Autrichiens d’abord", qui a fortement remodelé le système équivalent au revenu minimum. "Un homme autrichien présent depuis moins de 4 ans dans le pays ne peut plus bénéficier de ses minima sociaux. Inversement, une femme de nationalité autrichienne qui élèverait seule ses enfants en difficulté financière recevrait, elle, une centaine d’euros en plus tous les mois", explique le professeur vivant depuis 14 ans en Autriche.

Selon lui, le montant des allocations familiales varient aussi en fonction du statut des bénéficiaires. "Par exemple, une femme slovaque qui vient pour aider les personnes âgées dans les hospices en Autriche ne touchera pas les mêmes allocations familiales qu'une personne autrichienne. Officiellement, c’est pour tenir compte du coût de la vie : en Slovaquie, en Pologne, en Roumanie, le coût de la vie est moindre et qu’on peut donc donner des allocations familiales moins importantes."

Cigarettes, journées de 12 heures et migration

D'autres mesures sont aussi à inscrire au compteur de Sebastian Kurz et son équipe. L’interdiction totale de fumer dans les établissements horeca avait par exemple été adoptée en 2015 et était censée entrer en vigueur en mai 2018. C’était sans compter l’arrivée du nouveau gouvernement qui a annulé cette disposition, conformément à la volonté du parti d'extrême droite FPÖ. Il est dès lors toujours possible de fumer dans les bars et les restaurants.

Au niveau de la politique extérieure, l'Autriche préside le Conseil de l'Union européenne depuis le 1er juillet. Son thème prioritaire est la migration. Le chancelier autrichien entend par exemple mettre en place des camps de rétention en dehors des frontières de l'Union européenne. Ces camps seront destinés aux migrants qui ne peuvent prétendre à une demande d’asile, ou qui ne peuvent pas être rapidement renvoyés.

Dernière mesure en date: les députés autrichiens ont adopté en juillet une loi rallongeant la durée maximale du travail à 12 heures par jour, ce qui a fait l'objet de nombreuses critiques du côté des syndicats et de l'église. Pour le gouvernement, cette mesure est nécessaire afin de rendre les entreprises plus compétitives.

La durée normale du travail en Autriche reste fixée à 8 heures par jour et 40 heures par semaine. Mais la durée maximale autorisée passe avec cette loi de 10 heures par jour et de 50 par semaine, à 12 et 60 heures respectivement.  

Sebastian Kurz rencontrant Emmanuel Macron, à Bruxelles, ce 29 juin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK