Qu'est-ce que Boko Haram au Nigéria? Quatre questions pour comprendre

Abubakar Shekau dans une vidéo récente
2 images
Abubakar Shekau dans une vidéo récente - © AFP PHOTO / BOKO HARAM

Le groupe islamiste armé Boko Haram sème la terreur au Nigéria. Son chef Abubakar Shekau défie les autorités du pays et les Occidentaux. Nous répondons à quatre questions pour mieux comprendre ce conflit.

Quelle est l'origine de Boko Haram?

Il faut remonter à l’année 2000 pour trouver l’origine de ce mouvement, dont le nom officiel est "Jama’atu Ahlul Sunna Lidda’awati Wal Jihad" (communauté des disciples pour la propagation de la guerre sainte et de l’islam). Cette secte est mieux connue sous le surnom de "Boko Haram" : "boko" est la traduction en pidgin english de "livre" ("book") et "haram" signifie "interdit" (l’opposé à "halal", ce qui est "permis" par la religion). L’appellation "Boko Haram" marque donc le rejet des livres, et donc de l’enseignement à l’occidentale.

Boko Haram est un groupe islamiste armé actif au Nigéria, qui s’est d’abord fédéré autour de Mohammed Yusuf, un leader charismatique qui prêchait près des mosquées un discours anti-occidental et qui dénonçait la corruption des autorités. A partir de 2009, la police et l’armée nigériane commencent à s’en prendre sérieusement à Boko Haram. Mohammed Yusuf est capturé, puis tué, lors d’une action d’envergure des forces de l’ordre contre la secte.

La mort de Mohammed Yusuf contribuera à radicaliser le mouvement. Petit à petit, Abubakar Shekau prend de l’importance au sein de Boko Haram, jusqu’à en prendre la direction.

Quel est le mode d’action de Boko Haram ?

Doté d'armes de guerre, le groupe Boko Haram est classé comme organisation terroriste par les États-Unis. Il mène des attaques sanglantes contre les forces de sécurité et les civils depuis 2004 au Nigeria. Un décompte macabre totaliserait plus de 2600 morts en quelques 160 attentats (fusillades, attaques à la bombe ou attentats-suicide). Depuis début janvier, avec une série d'attaques meurtrières contre des villages isolés, un pensionnat, des églises et d'importantes installations de l'armée, Boko Haram a accentué sa pression sur le gouvernement nigérian. Dans un rapport récent, Amnesty International s’alarme de la montée de la violence de ces derniers mois. L’organisation demande une enquête internationale sur le "conflit armé" qui se déroule depuis plusieurs semaines au Nigéria : Boko Haram et l’armée nigériane ont probablement commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Les civils paient aussi un lourd tribu dans cette crise.

Boko Haram se rend coupable également de nombreux enlèvements d’étrangers et de personnalités. Et, tout récemment, il a revendiqué un rapt au cours duquel il a enlevé plus de 200 lycéennes pour les "vendre" comme "esclaves" ou les "marier" de force.

Boko Haram s’en prend aussi aux médias : en 2012, le groupe a revendiqué dans une vidéo deux attentats meurtriers contre les bureaux de ThisDay, un important journal nigérian et proféré des menaces contre plusieurs autres organes de presse dont Radio France International et Voice of America. "Ces organes de presse ont commis des crimes graves qui sont nocifs pour l'Islam et que nous ne pouvons pardonner", déclarait la voix off dans cette vidéo.

Comment se finance Boko Haram et où le mouvement se fournit-il en armes ?

La secte se finance en attaquant des banques qui pratiquent l’usure, en monnayant des trêves, probablement aussi grâce aux rançons obtenues contre la libération d’otages. Il semble par ailleurs que le groupe Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique, actif au Sahel) ait collaboré avec Boko Haram en lui fournissant un soutien financier, mais aussi des armes et des explosifs.

Le Cameroun, pays frontalier du Nigeria, est la plaque tournante d'un trafic international d'armes de guerre destinées au groupe Boko Haram, selon des responsables sécuritaires camerounais.

Dans cette région, les frontières sont poreuses et propices à toutes les formes de contrebande. Afin de s'approvisionner en armes et munitions, Boko Haram a noué des contacts au sein de l'armée tchadienne notamment. Certaines armes sont stockées au Cameroun, en attendant leur utilisation par les islamistes nigérians. Les trafiquants sont pour la plupart des Tchadiens et des Nigérians, mais des Camerounais seraient également impliqués.

Qui est Abubakar Shekau ?

On sait peu de choses sur le chef de Boko Haram Abubakar Shekau. Il serait né entre 1965 et 1975 dans le village de Shekau. Sa mort a déjà été annoncée à plusieurs reprises, notamment en 2009, puis en 2013. Mais chaque fois il réapparaissait dans des vidéos, narguant les autorités nigérianes et des personnalités telles que Barack Obama, François Hollande, Benjamin Netanyahu, voire même la reine Elizabeth d’Angleterre. Washington l’a mis sur une liste de "terroristes internationaux" et a offert une prime de 7 millions de dollars pour sa tête. Dans les vidéos, il apparaît toujours une arme à la main, souvent habillé en treillis militaire. Il se met parfois en scène devant un véhicule blindé, ou entouré d’hommes armés. Il s’exprime en haoussa, en arabe ou en anglais.

Voyez ci-dessous un extrait d'une vidéo dans laquelle Abubakar Shekau revendique l'enlèvement de plus de 200 lycéennes

A.L.

(Sources Jeuneafrique.com, monde-diplomatique.fr et AFP)

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK