Pyongyang confirme que le missile tiré peut toucher le continent américain

Le Président coréen à la télévision le 29 novembre.
Le Président coréen à la télévision le 29 novembre. - © JUNG YEON-JE - AFP

Lors d'une allocution diffusée sur la télévision nationale, la Corée du Nord a revendiqué mercredi midi (4h30 heure belge) avoir tiré avec succès un nouveau missile intercontinental Hwasong-15 capable "de frapper la totalité du continent américain". Le pays se félicite d'être devenu un état nucléaire. 

La Corée du Nord affirme dès lors avoir "réalisé la grande cause historique" d'achèvement de sa force nucléaire, rapporte l'agence de presse sud-coréenne Yonhap à 04h30 mercredi, sur base de l'annonce nord-coréenne lue en direct télévisé.

Le nouveau tir de missile balistique intercontinental a, selon la télévision d'Etat nord-coréenne, parcouru une distance de 950 km, atteint une altitude de 4.475 kilomètres, le tout pendant 53 minutes, avant de s’abattre au large du Japon.

Un danger international

Selon le régime isolé, le nouveau missile Hwasong-15 mettrait "la totalité du continent américain", son ennemi traditionnel, à sa portée. Le développement de cet armement protégera la Corée du Nord de "la politique de chantage et de menace nucléaires des impérialistes américains", a-t-elle ajouté.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a assisté au lancement du missile en question qui a précipité la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité de l'ONU. Peu avant l'allocation lue à la télévision nord-coréenne, le président américain Donald Trump s'est entretenu avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président sud-coréen Moon Jae-In qui estiment que la Corée du Nord compromet sa propre "sécurité" et présente une "menace pour le monde entier".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK