Projet Marokkiat : les jeunes marocaines prennent la parole dans la rue

Projet Marokkiat : les jeunes marocaines prennent la parole dans la rue
Projet Marokkiat : les jeunes marocaines prennent la parole dans la rue - © Tous droits réservés

Harcèlement de rue, voile, viol… les jeunes marocaines brisent les tabous dans le projet "Marokkiat", qui signifie Marocaines en dialecte marocain.

Elles parlent à visage découvert de viol, d'homosexualité, de harcèlement dans l'espace public… Avec "Marokkiat", un format web tourné à Casablanca, des femmes marocaines prennent la parole et brisent les tabous. Et depuis quelques mois, la série diffusée sur la page Facebook "Jawjab" cartonne.

Créer un espace où les femmes peuvent s'exprimer

"On s'est rendu compte que les femmes, ou en tout cas les jeunes femmes, n'étaient pas présentes sur internet autant que les jeunes hommes", explique Sonia Terrab, réalisatrice et romancière à l'origine du projet. "Et on avait envie de créer un programme pour leur offrir un espace où elles peuvent s'exprimer, débattre et finalement prendre cette parole qui leur manque", ajoute-t-elle.

Les 12 femmes sont filmées debout dans la rue en plan large. "J'avais très envie de donner cette parole dans la rue parce qu'effectivement la rue n'appartient pas aux femmes au Maroc", précise Sonia Terrab. "J'ai compris que je vivais dans une société où que tu sois nue, habillée, en burqa, ou même cachée sous un drap, l'homme te regardera toujours comme une chose", lance ainsi Khadija, 21 ans, dans un des épisodes des Marokkiat, racontant ce qu'elle vit depuis qu'elle porte le voile.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK