Procédure de destitution : pourquoi poursuivre Donald Trump alors qu'il n'est plus président ?

Le président Donald Trump s'adresse à des partisans à Joint Base Andrews avant de monter à bord d'Air Force One pour la dernière fois en tant que président le 20 janvier 2021.
Le président Donald Trump s'adresse à des partisans à Joint Base Andrews avant de monter à bord d'Air Force One pour la dernière fois en tant que président le 20 janvier 2021. - © POOL - AFP

Le procès en destitution de Donald Trump commencera la deuxième semaine de février au Sénat, après la transmission à la chambre haute de l’acte de mise en accusation de l’ancien président en début de semaine prochaine.

Mais, pourquoi poursuivre une procédure de destitution à l'encontre d'un ancien président ?

1. Pour marquer l’Histoire des Etats-Unis

Donald Trump est accusé d’avoir encouragé ses partisans à se lancer à l’assaut du Capitole le 6 janvier au moment où les élus du Congrès certifiaient la victoire de son rival démocrate à la présidentielle.

"Vous ne reprendrez jamais notre pays en étant faibles. Vous devez montrer de la force et vous devez être forts", avait-il lancé à ses supporteurs peu avant qu’ils envahissent le Capitole, semant le chaos et la violence. Cinq personnes sont mortes pendant cette attaque.

Pour la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi ces actes ne peuvent être commis en toute impunité par un président des Etats-Unis. "Personne n’est au-dessus de la loi", avait-elle clamé après la mise en accusation de Donald Trump le 14 janvier dernier. 

Certains élus républicains se sont également montrés très critiques. Selon John Katko, parlementaire républicain, il faut que l’histoire se souvienne de l’invasion du Capitole et qu’il soit consigné que le Congrès a agi pour protéger la démocratie :

"Le rôle du président dans cette insurrection est indéniable, tant sur les médias sociaux à l’approche du 6 janvier que dans son discours ce jour-là. Il a délibérément promu des théories sans fondement, créant ainsi un environnement combustible de désinformation et de division. Permettre au président des États-Unis d’inciter à cette attaque sans conséquences est une menace directe pour l’avenir de cette démocratie.", assure le parlementaire.

Même, Mitch McConnell, le leader des républicains au Sénat, qui fut l’un des plus solides alliés de Donald Trump pendant sa présidence, a fait savoir qu’il n’excluait pas de le juger coupable.

2. Pour écarter Donald Trump de la scène politique

Si les démocrates ont lancé une procédure de destitution à l'encontre de Donald Trump, c'est également pour tenter de l'écarter à jamais de la scène politique américaine. En effet, si le 45ième président des Etats-Unis était déclaré coupable, il ne serait pas destitué puisqu’il a déjà quitté la Maison Blanche.

Mais, il deviendrait inéligible, alors qu’il caresse l’idée d’une nouvelle candidature à la présidentielle de 2024.

3. Pas de pension, pas d’assurance maladie

Comme le rapporte la BBC, si la procédure de destitution aboutit, Donald Trump ne pourra plus bénéficier des avantages accordés traditionnellement aux anciens présidents des Etats-Unis. Ses prédécesseurs reçoivent une pension, une assurance maladie ainsi qu’un budget voyage, financés par les contribuables.

Donald Trump est devenu le premier président de l’Histoire des Etats-Unis à être mis en accusation deux fois.

La Constitution impose un seuil des deux tiers au sein du Sénat pour condamner un président. Il faudrait que 17 sénateurs républicains se rallient aux 50 démocrates pour atteindre cette majorité qualifiée, ce qui est à ce stade très incertain.

Destitution de Trump: des républicains favorables (JT du 13/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK