Procédure de destitution: Donald Trump est le 4e président américain à en être la cible

Ce mercredi, la Chambre des représentants américaine doit décider du renvoi de Donald Trump devant le sénat pour être jugé dans le cadre d’une procédure d’impeachment, de destitution. En cause, l’affaire Zelenski, du nom du président ukrainien sur lequel le président américain aurait fait pression pour qu’il fasse une enquête sur le fils de son rival politique Joe Biden.

D’après Charles Voisin, journaliste spécialiste des Etats-Unis, le dossier semble solide, mais comme le sénat est aux mains des républicains, la procédure a peu de chances d’aboutir à la destitution de Donald Trump : "La procédure va se jouer en deux temps. D’abord, les démocrates à la Chambre ont le pouvoir de mettre en accusation Donald Trump. Médiatiquement, c’est mauvais pour lui. Mais dans un deuxième temps, le Sénat, qui est majoritairement républicain, va faire tout son possible pour blanchir le président ".

La procédure de destitution : pas une première aux USA

Dans l’histoire des Etats-Unis, Donald Trump n’est pas le premier président américain à être visé par la procédure d’impeachment. Trois autres en ont été la cible avant lui. C’est au Washington, Capitol Hill, là où siègent le Congrès, la Chambre et le Sénat, qu’on eut lieu toutes précédentes procédures de destitution.

La première d’entre elles date de 1868, à l’issue de la guerre de sécession. Elle concerne Andrew Johnson. Un démocrate sudiste choisi par Abraham Lincoln comme vice-président pour recimenter la nation. Mais en avril 1865, Abraham Lincoln est assassiné et le nouveau président déçoit. Considéré comme trop laxiste, Andrew Johnson est mis en accusation, mais il est innocenté de justesse par le Sénat.

Plus d’un siècle plus tard, en 1974, Richard Nixon, républicain, doit faire face à son tour à l’impeachment à cause de l’affaire du Watergate, un bâtiment abritant une partie de l’état-major démocrate qu’il fait espionner. L’enquête lui est fatale mais il devance le procès au Sénat. " Sachant que Nixon allait être destitué, il a préféré éviter la honte et a démissionné avant ", explique Charles Voisin.

Enfin, en 1998, Bill Clinton a eu une aventure, à la Maison-Blanche, avec une stagiaire, Monica Lewinsky. Une enquête est ouverte et devant l’insistance du procureur, il est pris à mentir sous serment. Il doit présenter des excuses. " Il a eu la mise en accusation, mais a été acquitté par le Sénat ", commente Charles Voisin.

Aucune procédure de destitution n’a donc réellement abouti, jusqu’à présent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK