Prise d'otages à Trèbes: hommage dimanche aux victimes d'un attentat djihadiste

Prise d'otages à Trèbes: hommage dimanche aux victimes d'un attentat jihadiste
Prise d'otages à Trèbes: hommage dimanche aux victimes d'un attentat jihadiste - © PASCAL PAVANI - AFP

Une messe était prévue dimanche pour les victimes des attaques d'un jihadiste dans le sud de la France, avant un hommage national au gendarme tué après s'être livré à l'assaillant pour sauver une otage.

Tombé en héros

Cet hommage national pour l'officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, dont la mort a provoqué une vive émotion en France, a été annoncé samedi à l'issue d'un conseil restreint de défense au palais présidentiel de l'Elysée. La date n'a pas été précisée.

Emmanuel Macron a "demandé la convocation cette semaine par les préfets" des responsables des services (renseignement, police, gendarmerie, parquet, administration pénitentiaire) impliqués dans le suivi des personnes radicalisées. Selon le ministère de l'Intérieur, ce type de réunion a "pour objet de rappeler les consignes de vigilance après un tel acte".

En attendant, une messe devait se tenir dimanche à 10H30 dans la petite ville de Trèbes, prés de la cité fortifiée de Carcassone (sud), où le jihadiste a mené l'une de ses attaques vendredi dans un supermarché. Elle devait être présidée par l'évêque de Carcassonne et Narbonne en l'église Saint-Etienne de Trèbes, en hommage aux quatre tués et aux trois blessés de l'attentat revendiqué par le groupe État islamique.

Dans le collimateur

Son auteur, Radouane Lakdim, un Français d'origine marocaine de 25 ans, s'était présenté vendredi comme "un soldat" de l'EI.

S'il avait été repéré et suivi par les services de renseignement, "nous pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

À son domicile de Carcassonne (sud), les enquêteurs ont découvert des "notes faisant allusion à l'État islamique" et s'apparentant à un testament, selon des sources concordantes. Parallèlement, deux personnes ont été placées en garde à vue: un jeune de 17 ans, présenté comme un ami de Radouane Lakdim, et sa compagne.

Le tueur, qui était armé d'une arme de poing, d'un couteau de chasse et de trois engins explosifs artisanaux selon une source judiciaire, a été abattu par les forces de l'ordre à l'issue d'une prise d'otages dans un supermarché Super U de Trèbes. Il avait auparavant volé une voiture dont il a tué le passager et blessé grièvement le conducteur, et tiré sur des policiers dont un a été blessé.

Un sacrifice héroïque

Lors de la prise d'otages qui avait déjà fait deux morts, un lieutenant-colonel de la gendarmerie âgé de 44 ans s'est proposé de prendre la place d'une femme que l'assaillant avait prise comme "bouclier", selon une source proche du dossier. Grièvement blessé par balle et au couteau par l'assaillant, selon une source proche de l'enquête, Arnaud Beltrame a succombé samedi à ses blessures.

La grande mosquée de Paris, à l'unisson des représentants musulmans, a salué son "courage" et "son engagement".

Prise d'otages à Trèbes: conférence de presse JT du 23/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK