Benoît Hamon remporte la primaire: "J'ai l'intention de rassembler tous les socialistes"

Poignée de main entre Manuel Valls et Benoît Hamon, au siège du PS où les attendait Jean-Christophe Cambadélis (au centre).
Poignée de main entre Manuel Valls et Benoît Hamon, au siège du PS où les attendait Jean-Christophe Cambadélis (au centre). - © ERIC FEFERBERG - AFP

Le deuxième tour de la primaire de la gauche française est terminé. Les bureaux de vote ont fermé leurs portes à 19h. Les premiers résultats officiels ont été livrés par la haute autorité chargée d'organiser l'élection aux alentours de 20h45.

Selon des résultats encore provisoires mais quasi définitifs, Benoît Hamon a été désigné vainqueur avec 58,87% des voix contre 41,13% à l'ex-Premier ministre Manuel Valls.

Benoît Hamon l'a emporté nettement

C'est Manuel Valls qui a pris la parole en premier. "Les Français se sont exprimés plus nombreux qu'au premier tour, mais pas assez pour inverser le cours des choses si cela était possible", a-t-il commencé confirmant que Benoît Hamon l'avait emporté "nettement". 

"Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique et il lui appartient de mener à bien la belle mission du rassemblement. Je veux lui souhaiter bonne chance pour ce combat", a-t-il ajouté. "Les défaites font partie de la vie politique et de la démocratie. N'en portons aucune rancœur."

Proposition à Mélenchon et Jadot

De son côté, Benoît Hamon a assuré: "J'ai l'intention, demain, de rassembler les socialistes, tous les socialistes, parce que c'est ma famille politique et que j'y ai consacré 30 ans d'engagement".

"Dès lundi, je proposerai donc à tous les candidats à cette primaire mais aussi à tous ceux qui se reconnaissent dans la gauche et l'écologie politique, en particulier Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, de ne penser qu'à l'intérêt des français.

Hamon coupe la parole à Valls

Sans attendre la fin de ce discours, Benoît Hamon est monté à la tribune face aux militants rassemblés à la Maison de la Mutualité à Paris. "Ce soir, la gauche relève la tête, elle se tourne vers le futur et elle veut gagner", a-t-il déclaré. Le vainqueur a poursuivi : "Je mesure votre confiance, elle n'est pas un poids, elle est un élan."

Evoquant quelques points de son programme, il a insisté sur la mise en place d'un "revenu universel d'existence [qui] permettra de vivre le travail plus librement, de le choisir plutôt que de le subir".

"J'ai la conviction, face à une droite des privilèges, une droite conservatrice, et un extrême droite destructrice, notre pays a besoin de la gauche, mais une gauche moderne, innovante, tournée vers l'avenir, qui pense monde tel qu'il est non pas tel qu'il fût", a-t-il également lancé.

Peu avant 22h, les deux candidats se sont retrouvés rue de Solférino, au siège de leur parti. Ils ont été reçus par Jean-Christophe Cambadélis, le premier Secrétaire du PS, pour échanger une poignée de main.

Plus de 2 millions de votants

Le second tour de la primaire à gauche, en vue des élections présidentielles françaises, a rassemblé bien davantage de votants que le premier, selon des chiffres quasi définitifs communiqués dans la nuit de dimanche à lundi.Le premier tour, une semaine plus tôt, avait fait bien pâle figure avec ses 1,66 millions d'électeurs, face aux 4,4 millions de votants de la droite qui avaient désigné en novembre François Fillon comme leur candidat à la présidentielle.

Dimanche, plus de deux millions de citoyens se sont rendus au bureau de vote pour le second tour de la primaire élargie du PS: vers 00h30 lundi matin, les organisateurs annonçaient 2 014 176 votants sur 98,25% des bureaux de vote. 

Revivez notre direct commenté ci-dessous

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK