Présidentielle française: un débat calme sur le plateau, agité chez les militants (infographies)

Présidentielle française: un débat calme sur le plateau, agité sur internet (infographie)
18 images
Présidentielle française: un débat calme sur le plateau, agité sur internet (infographie) - © Tous droits réservés

Ce lundi 20 mars avait lieu le premier débat de la présidentielle française avec tous les principaux candidats. Qui a émergé ? Quelle est le rôle des militants ? Comment ces derniers se sont-ils mobilisés ? Réponse en graphiques !

On ne peut pas dire que le débat ait connu des moments fatidiques. Ce constat se retrouve également dans la courbe des tweets autour du débat. Seules les passes d’armes entre Le Pen et Macron ont constitué des moments forts de la joute entre les candidats. Ce n’est donc pas un hasard si, en regardant les courbes par mentions des candidats, les moments forts sont marqués par leurs attaques respectives. On remarque également que les phrases fortes et boutades de Jean-Luc Mélenchon ont fait mouche.

Spectateurs contre militants

Les débats sont les moments où il faut mobiliser. Les militants l'ont bien compris sur les différents réseaux sociaux. Ceux-ci sont désormais organisés en équipe de riposte, dans des lieux physiques où ils se rassemblent pour agir en ligne.

Romain Pigenel, qui fut un des piliers de la campagne numérique de François Hollande en 2012, revient d’ailleurs sur la création de ces équipes de riposte dans un très bon billet.

Et donc naturellement, les militants sont les premiers à réagir durant les débats. Les spectateurs ne jouent qu'un rôle secondaire et se retrouvent dans la posture de commentateurs.

Et 1, et 2, et 230 soirées de soutien à @EmmanuelMacron pour #LeGrandDébat ! Trouvez une retransmission https://t.co/1e7x5wqfAl pic.twitter.com/pFS4gL9Rap

— En Marche (@enmarchefr) 20 mars 2017

Les spectateurs constituent cependant une grosse majorité des twittos sur le débat comme le prouve cette cartographie d’un million de tweets par 220 000 personnes.

Au jeu des communautés, c’est Mélenchon qui gagne (9 %) devant Le Pen (7,6 %) et Macron (7,2).

Dans les expressions les plus utilisées (sans les retweets), Macron fut le plus cité devant Fillon et Mélenchon :

Mais quels sont les militants qui ont crié le plus fort pour leur candidat ? Je me suis prêté à l’exercice. J’ai isolé tous les tweets sans prendre en compte les retweets pour voir le poids de chacun. Dans les mentions des candidats uniquement, Fillon l’emporte devant Le Pen et Macron.

Si l’on prend les comptes de campagnes et les lieutenants de chacun, et en rajoutant les journalistes parmi les 200 premières personnes les plus mentionnées, le classement est plus ou moins similaire.

Enfin, dans les hashtags, c’est un hold-up total de François Fillon qui capitalise plus de la moitié des hashtags-slogans.

La raison est du, pour partie, au fait que Fillon disposait d’une application de riposte qui permettait à ses militants de tweeter facilement les arguments de l’équipe de campagne. Cette application compte à elle seule plus de 5000 tweets :

Les visuels sont par exemple des attaques contre les candidats et autres.

Dans le rayon des initiatives d’influence, mentionnons également le groupe des patriotes mondiaux (Trump, Putin, Le Pen, etc.) qui s’est mobilisé pour soutenir Marine Le Pen avec le hashtag #World4Marine. Même chose que pour Fillon, avec des visuels communs.

Seulement, l’opération menée pour faire croire à un soutien mondial semble être une fumisterie puisque le pays qui a le plus tweeté fut…La France.

Par sphère

Autre point intéressant : comparer les mentions et expressions (toujours sans les retweets) selon les communautés des candidats.

Marine Le Pen:

Chez Marine Le Pen, il est très intéressant de voir que le slogan de campagne est moins tweeté que le mot " Macron ". Un fait révélateur de l'offensive menée contre le candidat de En Marche.

On parle ensuite Immigration, sécurité et frontière nationales.

François Fillon:

Chez Fillon, on attaque également frontalement Emmanuel Macron. Les thèmes sont clairement l’islamisation, la sécurité et l’intégration.

Jean-Luc Mélenchon:

Du côté de Mélenchon, on parle de Macron comme d’un "piège à cons". On promeut la 6e République, la réforme de la loi travail et la lutte contre la fraude fiscale.

Emmanuel Macron:

Pour les supporters d’Emmanuel Macron, on parle d’écologie, de laïcité et d’éducation. Fillon est le candidat le plus alpagué.

Benoit Hamon:

Pour les équipes de Benoit Hamon, il n’y a aucun développement de thème particulier.

Signalons en dehors de ces sphères, que la part de femme parmi les twittos durant le débat politique est clairement minoritaire...

Le tweet politique serait-il une affaire d’homme ?

Punchlines, altercations mobilisation

Le débat a été marqué par les punchlines de Mélenchon et la petite altercation entre Macron et Marine Le Pen. Emmanuel Macron fut clairement la cible désignée sur les réseaux sociaux puisqu’il fait consensus dans les témoignages contre lui.

On observe une mobilisation numérique exceptionnelle des différentes équipes de campagne. De fait, nous avons de plus en plus des "débats" artificiels montés par les militants dans le but de pousser leur poulain. Le plus intéressant sera d’observer l’évolution des tendances dans les prochains débats, ce que je ferai !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK