Pourquoi la RTBF a-t-elle diffusé les estimations de résultats avant 20h?

Dans le cadre du premier tour de l'élection présidentielle française, la RTBF a diffusé des estimations de résultats avant l'annonce officielle. Pourquoi ce choix? Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l'information de la RTBF, fait le point.

"Notre information est fiable. Ce ne sont pas des attrape-nigauds qui ont été balancés et que nous reprendrions comme cela. Il y a plusieurs instituts de sondage. Il y a des estimations, des enquêtes de sortie des urnes, des enquêtes sur internet qui nous donnent ces éléments", explique Jean-Pierre Jacqmin.

"Dans un premier temps, un premier institut nous donnait un 24% pour Macron, un 22 pour Le Pen. Ensuite, on a vu que Fillon revenait dans la course. On a toujours bien dit qu'il y avait une marge d'erreur. Les vrais résultats seront les chiffres officiels qui arriveront peut-être tard dans la soirée. Ce que l'on sait pour le moment c'est que plusieurs instituts nous donnent Macron en tête à 24% et puis, dans un mouchoir de poche, suivent Le Pen, Mélenchon et Fillon".

Pourquoi ce choix?

"Notre rôle n'est pas de taire ces chiffres que nous avons", rappelle le directeur de l'information de la RTBF. Des chiffres qui, souligne-t-il, ont été obtenus "par des instituts avec lesquels nous travaillons depuis de nombreuses années. Ces chiffres nous ne les commandons pas, nous les recevons depuis de nombreuses années. Il n'y a pas de raison de ne pas divulguer ces informations qui sont d'intérêt général".

Dans quel cas ne pas divulguer une information? "Quand on a une information d'intérêt général importante, il n'y a aucune raison de la retenir, sauf si des vies sont en danger. Cela fait partie de notre déontologie."

La commission française des sondages met en garde

Une réponse à la commission française des sondages qui a mis en garde, dimanche en fin d'après-midi, contre les résultats de sondages qui circulent actuellement sur le résultat du premier tour de l'élection présidentielle française.

La commission affirme avoir "obtenu des huit principaux instituts de sondages français (BVA, Elabe, Harris interactive, Kantar-TNS-Sofres, IFOP, Ipsos, Odoxa, OpinionWay) l'assurance qu'ils n'étaient pas les auteurs d'études ayant conduit à établir les données chiffrées publiées". "Dans ces conditions", précise-t-elle, "toute information relative à ce prétendu sondage doit être considérée comme une rumeur dépourvue de tout fondement."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK