Présidence belge de l'UE: concert de louanges à Strasbourg

RTBF
RTBF - © RTBF

La Commission européenne et les députés européens ont chaleureusement salué mardi, lors d'un débat en session plénière à Strasbourg, le travail accompli par la Belgique lors de sa présidence de l'Union européenne qui s'est achevée le 31 décembre dernier.

"Ce fut une belle et grande présidence à un moment délicat pour l'Union européenne", a notamment jugé le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, lors d'un débat en présence du Premier ministre belge Yves Leterme.

Un avis d'ailleurs partagé par une grande majorité des eurodéputés.

De droite comme de gauche, ceux-ci ont complimenté la Belgique pour le travail accompli, notamment les avancées en matière de supervision financière, les négociations difficiles autour du budget européen 2011, le brevet européen, la directive eurovignette ou encore le projet d'initiative citoyenne.

"Vous avez été excellent. J'espère que les autres présidences tournantes prendront exemple sur vous....", a commenté le socialiste autrichien Hannes Swoboda.

Plus qu'un handicap, la présence d'un gouvernement en affaires courantes à la tête de l'UE aura finalement offert aux ministres belges une disponibilité totale pour les dossiers européens.

Le premier "gouvernement européen"

"Pour la première fois, nous avons eu véritablement un gouvernement européen", a ironisé le chef de file des libéraux, l'ancien Premier ministre Guy Verhofstadt.

"(Ce succès) est d'ailleurs une invitation aux autres gouvernements à se mettre en affaires courantes lorsqu'ils exerceront la présidence européenne! ", a-t-il ajouté, provoquant des éclats de rires dans l'hémicycle.

Même les eurosceptiques, par la voix du Polonais Miroslaw Piotroski (PiS), ont salué le bilan de la Belgique.

"Il est rare qu'un petit pays puisse faire autant de choses en si peu de temps pour le bonheur de l'Europe", a-t-il notamment commenté.

Finalement, c'est du camp de la gauche radicale que les rares critiques envers la présidence belge auront été décochées mardi.

"Vous vous étiez engagé sur un statut pour protéger les services publics, mais vous n'avez rien fait de cela! ", a déploré le communiste français Patrick Le Hyaric.

"Vous auriez aussi pu faire plus pour les réfugiés, en relançant par exemple le débat sur la réinstallation", a renchéri son coreligionnaire portugais, Rui Tavares.

Des critiques qu'Yves Leterme a acceptées avec humilité.

"C'est vrai qu'il faut faire plus, et aller de l'avant", leur a répondu le Premier ministre.

Celui-ci a toutefois tenu à souligner que la Belgique était néanmoins parvenue à renforcer au cours de son semestre le volet "politique de l'emploi" dans la stratégie 2020, un vaste programme commun visant à doper la compétitivité du Vieux continent d'ici la fin de la décennie.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK