Près de 99% des Sud-Soudanais ont voté pour l'indépendance

RTBF
RTBF - © RTBF

Un référendum s'est tenu du 9 au 15 janvier dernier. Les résultats définitifs de ce vote historique ne seront connus qu'en février, mais il est déjà acquis que le Sud-Soudan devienne indépendant. La majorité des voix nécessaires ont d'ores et déjà été obtenues.

L'information est quasiment passée inaperçue chez nous, après dépouillement de 98,7% des voix exprimées, les partisans de l'indépendance l'emportent avec 98,8%, selon les chiffres diffusés sur le site internet de la commission électorale.

"Jusqu'à présent, 100% des bulletins de vote dans le Nord et à l'étranger et 98,7% de ceux du Sud-Soudan ont été dépouillés", indique-t-elle.

"Il s'agit (de chiffres) incomplets et provisoires dans l'attente de la proclamation des résultats définitifs. Ils peuvent être sujets à des modifications", précise-t-elle sur la page d'accueil du site.

Quelques jours auparavant, la commission électorale avait déjà confirmé que le seuil des 60% de participation nécessaire à la validation du résultat avait été atteint.

Ce scrutin était prévu dans les accords de paix de 2005 qui ont mis fin à des décennies de guerre civile entre le Nord, musulman et en grande partie arabe, et le Sud, afro-chrétien. Un conflit ayant fait plus de deux millions de morts, nordistes et sudistes confondus.

Les affiches électorales présentaient l'indépendance comme une libération à l'égard d'une oppression du Nord-Soudan.

Pour l'instant, les dirigeants sud-soudanais se gardent de tout triomphalisme et ont demandé aux électeurs de ne pas organiser de célébrations qui pourraient être interprétées comme une provocation par le Nord.

La sécession ne sera pas simple

Il faut dire que si l'indépendance ne fait plus aucun doute, le plus dur reste à faire : d'ici juillet, le Nord et le Sud doivent s'entendre sur un très grand nombre de dossiers chauds. Notamment sur le partage des ressources pétrolières. Près de 80% de la production pétrolière soudanaise est concentrée au Sud-Soudan, mais cette région doit utiliser un oléoduc traversant le Nord jusqu'à la mer Rouge.

Avec des centaines de milliers de Sudistes vivant toujours dans le nord du pays, et un nombre inférieur de Nordistes au Sud, les deux parties doivent rapidement trouver un accord sur le statut de ces personnes si elles ne veulent pas accélérer les vagues de migration déjà commencées.

A ces sujets sensibles, s'ajoutent la démarcation de la frontière Nord-Sud, dont 20% demeure contestée, et la question d'Abyei, enclave située à la lisière du Nord et du Sud revendiquée à la fois par la tribu sudiste Dinka Ngok et par celle, nordiste, des Misseriya.

Reconnaissance internationale

La semaine dernière, l'Union européenne et de la fondation américaine Carter ont estimé que le référendum était "crédible" et respectait "les normes internationales".

De son côté, le président soudanais Omar el-Béchir s'est engagé à reconnaître la sécession du Sud-Soudan.

On devrait donc s'attendre à la création d'un nouveau pays, le 193ème au monde, pour le 9 juillet prochain.

 

C.B avec Reuter et AFP

 

 

 

 

 

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30