Première rencontre à Belgrade entre diplomaties turque et russe depuis l'incident aérien

Erdogan a dénoncé en retour ces accusations "immorales" et mis en cause la complicité de Moscou dans le trafic de brut opéré par les djihadistes.
Erdogan a dénoncé en retour ces accusations "immorales" et mis en cause la complicité de Moscou dans le trafic de brut opéré par les djihadistes. - © Tous droits réservés

Les ministres des Affaires étrangères russe et turc se sont rencontrés jeudi à Belgrade pour la première fois depuis le début de la crise causée par la destruction d'un bombardier russe par l'aviation turque à la frontière syrienne, a-t-on appris de source diplomatique turque.

"La rencontre entre les ministres, Sergueï Lavrov et Mevlüt Cavusoglu, a débuté à l'heure prévue" (15h15 HB), a précisé cette source sous couvert de l'anonymat à l'AFP. Une source diplomatique à Belgrade a confirmé le début de cet entretien. La rencontre se déroule en marge d'une réunion de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans la capitale serbe.

La Turquie et la Russie traversent une grave crise déclenchée par la destruction d'un avion militaire russe par l'armée turque à la frontière syrienne le 24 novembre. Ankara affirme que le bombardier russe a violé son espace aérien, ce que Moscou dément.

Le président russe Vladimir Poutine a promis jeudi aux dirigeants turcs de leur faire "regretter" cette décision et assuré qu'il n'oublierait "jamais" l'incident. Il accuse également la famille de son homologue Recep Tayyip Erdogan, d'être impliqué dans la contrebande de pétrole du groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

Erdogan a dénoncé en retour ces accusations "immorales" et mis en cause la complicité de Moscou dans le trafic de brut opéré par les djihadistes. Furieux, Vladimir Poutine avait refusé de rencontrer Recep Tayyip Erdogan lors de la conférence de l'ONU sur le climat lundi à Paris. Serguei Lavrov avait également annulé une visite qu'il avait prévue en Turquie le lendemain de l'incident aérien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK