Première mondiale à Strasbourg: une tour d'appartements à énergie positive

C’est une première mondiale. Et à Strasbourg, elle est remarquée et aime se faire remarquer. Située dans l’éco-quartier de la ville, elle fait sensation.

A la forme futuriste, cette tour, haute de 57 mètres, abrite 63 appartements et 800 mètres carrés de bureaux.

La Tour est censée produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Inaugurée il y a un an, la tour et ses promoteurs promettaient une facture énergétique proche de zéro et donc, une augmentation du pouvoir d’achat des ménages. Pari réussi ? Nous sommes allés vérifier.

Au quatorzième des seize étages que compte la tour, c’est un jeune trentenaire qui nous ouvre la porte. "Bienvenue dans l’appartement du futur", lance Adrien, le sourire aux lèvres. Il est l’un des premiers à s’être installé ici, début 2018. 

Lui, semble visiblement ravi. "Ce qui nous a convaincu avec ma compagne, c’est d’abord ce projet éco-positif. Ensuite, il y a l’avantage financier qui en découle." Il regarde alors une petite tablette fixée au mur. "Pour le moment, je vais gagner 223 euros. C’est génial de ne pas payer pour l’énergie que je consomme. Et c’est encore mieux d’en gagner." 

Autoentrepreneur à domicile, Adrien, profite ainsi tous les jours d’un joli point de vue. "J’avoue que je n’aurais peut-être pas été convaincu si j’avais dû habiter au premier ou au deuxième étage."

Des maladies de jeunesse

Au premier étage, c’est Sarah et Edwin qui nous accueillent. Ils sont les derniers à être rentrés dans la tour, début juin 2018. "Nous, on voulait être proche du centre-ville et être à côté des transports en commun. J’avoue qu’on n’était pas vraiment au courant du projet écologique."

Aujourd’hui, chez Sarah et Edwin, la tablette indique un gain de 23€. "C’est peu mais c’est un petit miracle quand on sait que mon compagnon souhaite en permanence une température de 24 degrés. Si cela ne tenait qu’à moi, on serait à 21 degrés en permanence."

Pourtant, dès le début de l’aventure, quelques locataires se sont plaints auprès du gestionnaire des appartements. "Au début, on était un peu déçu. La tablette censée nous montrer notre consommation en temps réel ne fonctionnait pas vraiment. Les finitions étaient bâclées. Heureusement, nous avons signalé les problèmes et tout est rentré dans l’ordre.

L’idée de cette tour révolutionnaire est née dans la tête du directeur général d’Elithis, Thierry Bievre. "Nous voulions pouvoir créer un bâtiment qui puisse lutter contre le réchauffement climatique, accélérer la transition écologique et augmenter le pouvoir d’achat des ménages." 

Et un an après la livraison de la tour, l’heure est aux premiers bilans. "Nous faisons mieux que ce que nous souhaitions. Grâce au comportement des locataires, près de trois sur quatre auront une facture proche de zéro euro. Certains recevront même de l’argent, preuve que le pari d’une tour à énergie positive peut être relevé malgré les craintes de beaucoup de sceptiques, au début de l’aventure." Un réel avantage quand on sait que la facture énergétique des ménages français est d’en moyenne 1600€ par an.

L’objectif des promoteurs de la tour était clair: réduire les consommations énergétiques du bâtiment. Ils ont donc installé 800 mètres carrés de panneaux photovoltaïques sur le toit et sur les façades des appartements. Une enveloppe thermique à haute performance a aussi été développée.

Un échangeur d’eau individuel a été installé dans chaque appartement pour éviter le gaspillage et pour permettre de délivrer instantanément de l’eau chaude. Le directeur général se plaît d’ailleurs à dire que " les premières économies d’énergie sont celles qu’on évite à dépenser ".

La domotique au service du locataire

Et pour encore diminuer encore la consommation énergétique, deux applications ont été développées pour aider les locataires. "La première consiste à lui permettre de tout gérer, même à distance. S’il a oublié d’éteindre les lumières, il peut le faire depuis l’application", explique Vincent Morgenthaler qui gère le projet à Strasbourg.

Il poursuit: "La deuxième application est un ‘coach digital’. L’idée, c’est que l’application va vous donner des conseils pour améliorer votre consommation. Si vos volets sont fermés alors qu’il fait beau dehors, il vous proposera de les ouvrir pour profiter de la chaleur naturelle offerte par le soleil et ce, même à distance."

Une forme en "aile d’avion"

De l’innovation à tous les étages et à l’extérieur aussi. La forme de la tour a été pensée pour profiter au maximum du soleil. Vu du ciel, l’immeuble est pointu sur sa face nord. Le vent peut donc glisser contre les parois sans refroidir les appartements. Car toutes les fenêtres sont orientées côté sud, au degré près.

La tour a coûté 20 millions d’euros. "Nous avons réussi à la fabriquer à 1300€ du mètre carré, ce qui est le prix du marché. Ce qui nous permet aussi d’offrir les logements à des prix abordables pour toutes les classes sociales."

Pour ses 90 mètres carrés avec trois chambres, Pierre paie 1160€ tous les mois. Sarah et Edwin, eux, paient 1064€, toutes charges comprises pour leur 77 mètres carrés avec deux chambres. "C’est la fourchette haute pour une ville comme Strasbourg mais nous disposons d’un logement neuf et la possibilité de profiter du ‘cœur social' au sommet de la tour. Il s’agit d’une plate-forme où tous les locataires peuvent profiter du barbecue et de mobilier avec une vue sur toute la ville."

Si la tour semble avoir conquis ses locataires, elle pourrait bien faire des émules. Dans les prochains mois, d’autres projets similaires devraient voir le jour à Bordeaux, à Saint-Etienne ou encore à Dijon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK