Première journée en prison pour Lula, qui pourrait en sortir très vite

Lula, ex-président brésilien et favori de la prochaine présidentielle, passait dimanche sa première journée en prison, dont il pourrait toutefois sortir rapidement grâce à de nouveaux rebondissements judiciaires.

Un premier coup de théâtre pourrait avoir lieu dès mercredi à la Cour suprême.

L'un des 11 magistrats qui composent la plus haute juridiction du Brésil, Marco Aurelio Mello, doit soumettre au vote une mesure provisoire qui pourrait suspendre l'incarcération de toute personne ayant encore la possibilité de recours auprès d'une instance supérieure. C'est le cas de Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, condamné en appel à 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment fin janvier.

Mercredi, le dernier obstacle qui le séparait de la prison est tombé, quand cette même Cour suprême a rejeté par 6 voix contre 5 une demande d'"habeas corpus" qui lui aurait permis de rester en liberté quelques semaines, voire quelques mois de plus, le temps que d'autres recours soient jugés.

Sauveur ou voleur?

Mais ce résultat très serré, à l'image de la profonde division de la société brésilienne sur l'icône de la gauche, montre que le vent peut tourner à tout moment.

Au Brésil, Lula est vu par certains comme celui qui a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté lors de ses deux mandats (2003-2010), mais par d'autres comme l'un des plus grands voleurs de l'Histoire du pays, impliqué dans le vaste scandale de corruption autour de Petrobras.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK