Poutine s'inquiète d'une dégradation de la situation démographique russe

Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 3 novembre 2017
Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 3 novembre 2017 - © Alexei Druzhinin

La situation démographique en Russie se dégrade a prévenu ce mardi Vladimir Poutine. "Aujourd'hui, principalement pour des raisons conjoncturelles, la situation démographique en Russie se dégrade de nouveau", a affirmé le président russe.

"Cette tendance était prévisible, elle est liée aux conséquences des dernières profondes crises démographiques", a-t-il ajouté, faisant référence "à la chute démographique de l'époque de la Grande guerre patriotique (1941-1945) et à celle du milieu des années 1990".

À cause du faible nombre de personnes nées dans les années 1990, les femmes en âge de donner naissance à un enfant sont moins nombreuses, faisant ainsi baisser le taux de natalité, selon les démographes.

Poutine avait mis en place un programme de subventions familiales – qui vont être prolongées – pour inciter les Russes à avoir plus d'enfants.

106.200 habitants en moins

À quatre mois de la présidentielle, Poutine a annoncé de nouvelles mesures ce mardi, parmi lesquelles 144,5 milliards de roubles (2 milliards d'euros) pour de nouvelles allocations destinées aux femmes mettant au monde leur premier enfant, et non plus à partir du deuxième. Elles recevront en moyenne 10.500 roubles (autour de 150 euros) par mois durant 18 mois.

La Russie, qui compte actuellement 146,9 millions d'habitants, en a perdu plus de cinq millions depuis la chute de l'URSS en 1991. Le pays avait alors été plongé dans un cercle vicieux démographique, la détérioration des conditions de vie ayant entraîné une hausse de la mortalité et une crise de la natalité.

Après une reprise, le déclin démographique semble à nouveau enclenché : selon l'agence de statistiques russe, le pays a perdu 106.200 habitants de janvier à octobre 2017. À la même période en 2016, la Russie avait gagné 18.200 habitants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK