Poutine inaugure un mémorial aux victimes des répressions politiques

Vladimir Poutine a inauguré lundi à Moscou un mémorial en hommage aux victimes des répressions politiques, assurant vouloir ainsi "tirer un trait" sur les divisions du passé malgré les accusations d'"hypocrisie" de la part d'anciens prisonniers politiques soviétiques.

L'inauguration a eu lieu à l'occasion du jour officiel de commémoration des victimes des répressions politiques, instauré en 1991. "L'inauguration de ce monument est particulièrement importante au moment où l'on se souvient du centième anniversaire de la Révolution" de 1917, a déclaré Vladimir Poutine lundi, au cours d'une réunion du Conseil consultatif pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin.

Staline continue de diviser la société russe

Une quarantaine d'anciens prisonniers politiques ont cependant qualifié d'"hypocrisie" l'inauguration de ce monument alors que les "répressions politiques" se multiplient selon eux contre la société civile et les opposants en Russie. "On ne peut pas diviser les victimes des répressions politiques entre celles à qui on peut déjà ériger un monument et celles que l'on peut ignorer pour l'instant", ont-ils déclaré dans une lettre ouverte notamment signée par les anciens dissidents soviétiques Vladimir Boukovski et Alexandre Podrabinek.

Le personnage de Staline continue de profondément diviser la société russe, certains y voyant le moteur de l'industrialisation de l'URSS et de la victoire sur l'Allemagne nazie, d'autres dénonçant un tyran à l'origine de millions de morts.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK